La non-mixité dans le cadre d’un collectif de « jeunes chercheur·ses »

Féministes oui - Détail Le Torchon brûle numéro 5, p. 8

« Féministes ? Oui ! La libération se chante » – Détail Le Torchon brûle numéro 5, p. 8

 

Cet article fait partie d’une série sur la non-mixité : retrouvez le sommaire ici.

En mai 2020, en plein confinement et du coup plongée dans un état perpétuel de perplexité, et suite à quelques échanges avec des chercheurs hommes qui, sans critiquer pour autant, ne comprenaient pas pourquoi notre collectif fonctionnait en non mixité aux Jaseuses, j’ai eu besoin d’expliquer un peu pourquoi.

Au départ certains amis avaient balayé d’un revers de main l’idée même, en s’en moquant sans du tout chercher à comprendre — triste victoire pour eux, ils ont réussi à dissuader une personne de nous rejoindre, qui s’est trouvée mal à l’aise face à ces critiques goguenardes. Comme on l’a remarqué en discutant : c’est quand même étrange de blaguer sur la non-mixité, alors que les mêmes personnes ne veulent de toute façon pas travailler sur les sujets qui nous intéressent. Il ne s’agit apparemment pas là de revendiquer une participation, mais bien plutôt de dévaloriser l’entreprise et de dissuader d’autres personnes de nous rejoindre. Comme on l’a aussi remarqué en en discutant entre nous, cela ne va pas non plus sans un certain dédain pour la qualité même du travail que l’on fournit : travailler sur le genre, et pire, en non mixité, signifie apparemment automatiquement aux yeux de certain·es que nous n’avons rien d’intéressant à dire, que ce que nous faisons nous le faisons mal, et que d’ailleurs nous sommes un peu lobotomisées par les campus américains.

D’autres, plus nombreux·ses et plus honnêtes, se demandent : « je comprends la non mixité quand il s’agit de militer, pour organiser concrètement les actions — mais en recherche un homme peut bien travailler sur des œuvres de femmes, c’est même peut-être violent et contre-productif d’exclure les hommes ? » Alors donc : j’ai essayé d’expliquer un peu, sur Twitter, pourquoi ce mode de fonctionnement était à mon sens pertinent même pour un collectif qui était un collectif de recherche plus qu’un collectif proprement militant. Cela dit comme nous l’avons expliqué dans le sommaire des articles — merci à celles qui l’ont rappelé, parce que ma mémoire défaillait — nous n’avons pas officiellement fait le choix de travailler en non-mixité : nous travaillons en non-mixité par le fait, mais il n’y a pas de règle établie.

Vous pouvez retrouver le fil ici :

L’idée principale de l’ensemble est la suivante : la non-mixité, pour un collectif de recherche permet notamment :

  • De réussir à prendre de la place dans l’espace universitaire en tant que jeunes chercheur·ses ;
  • D’éviter la reproduction de normes de genre dans la gestion du collectif lui-même ;
  • De mettre en œuvre d’autres manières de faire de la recherche, avec notamment plus de souci des autres et le refus de mener des recherches « désincarnées ».

Ces trois points ont un sens avant tout pragmatique, et concernent la manière concrète dont on travaille ensemble. La non-mixité se justifie cependant aussi d’un point de vue théorique, dans la mesure où l’objectif principal du collectif est de valoriser des œuvres de personnes historiquement et socialement minorisées, des femmes en particulier : un autre billet développera ce point. Comme l’une de nous l’a fait remarquer : de toute façon, le fait même qu’on arrive aussi bien à travailler en non-mixité, et qu’elle se soit imposée sans même qu’on ait eu à la déclarer, vient illustrer par le fait la pertinence théorique de la non-mixité.

 

Prendre de la place dans l’espace universitaire, en tant que jeunes chercheur·ses

Le principal intérêt pragmatique immédiat de la non-mixité en groupe de recherche, c’est le garde-fou qu’elle représente contre le mansplaining — cette pratique qui consiste pour les hommes (par habitude, par apprentissage genré) à prendre la parole longtemps, longtemps, pour expliquer des choses qui sont évidentes ou que leur interlocuteur·ice en face connaît aussi bien, voire mieux, qu’eux. Le phénomène est bien documenté et concerne autant la recherche que d’autres milieux professionnels, avec la particularité peut-être chez nous que les ethos de certains sont furieusement habités par leur pratique quotidienne des cours magistraux. Bien sûr, tous les collègues ne mansplainent pas, heureusement : simplement ça arrive et même aux mieux intentionnés, et quand c’est le cas nous sommes réduites à une impuissance fort peu plaisante.

En dehors des Jaseuses, j’ai travaillé dans d’autres collectifs, mixtes eux, tous sensibilisés aux questions féministes et aux dynamiques de discriminations diverses, voire centrés dessus. Globalement et malgré des avancées certaines au fil du temps, on continue de l’observer : les hommes, consciemment ou non, monopolisent la parole, et les femmes la leur laissent. Même lors de conversations de groupe explicitement féministes, à majorité féminine, il arrive que ce soient des hommes qui dialoguent entre eux de longues minutes durant, pendant que les femmes se taisent ou ne s’autorisent que quelques remarques courtes et efficaces, et prennent en note ce qui se dit. On peut quantifier cette parole masculine, mais il faut aussi évaluer la manière dont elle s’impose : en pontifiant, en prenant le temps (même quand on ne l’a pas, ce temps), en faisant des blagues de bon ton auxquelles tout le monde devra consentir au moins un sourire. Ça n’est pas mal intentionné, les facteurs sont nombreux — dont la réserve des femmes qui de fait laissent la place et n’adoptent pas ces manières de faire-là, dont des manières différentes de penser à quoi doivent servir les réunions (à quel point doit-on être efficace ? à quel point doit-on en profiter pour se mettre personnellement en avant ?).

La non mixité permet donc de pallier ce problème là, en partie au moins : il est plus facile pour une personne en position fragile de prendre le temps de sortir de sa réserve quand il n’y a pas une foule d’hommes pour venir prendre la place avant même qu’on ait pu commencer à envisager la prendre. Nous le voyons bien d’ailleurs aux Jaseuses : cela prend du temps de trouver sa place. Il faut d’abord avoir l’impression de bien connaître les projets, puis oser quelques petites choses, puis passer du temps à se demander si on n’a dérangé personne et si notre intervention était pertinente, etc. Tou·tes n’ont pas besoin de ça : mais beaucoup, et c’est un travail constant — j’y reviens plus bas. Le genre n’est évidemment pas le seul critère qui impacte la manière dont on ose prendre la parole, et le collectif peut encore avancer sur ce point. Et cela porte ses fruits de manière vraiment flagrante : s’il y a « prise de parole », « empowerment » au sein du collectif, en tant que jeunes chercheur·ses (par exemple : propositions de séminaires, participation à l’organisation de colloques, rédaction d’articles, relectures…), c’est avec une profusion et avec un enthousiasme qu’on ne retrouve pas ailleurs ou très rarement. Dans ce sens, il semble que la non-mixité permette non seulement de prendre une place plus facilement, mais aussi d’oser un peu plus l’occuper à fond.

 

Éviter la reproduction genrée des tâches au sein du collectif

Un second point important radicalement résolu d’un point de vue pragmatique par le choix de la non-mixité — même si d’autres logiques de domination peuvent certainement s’installer à la place –, c’est la répartition des tâches au sein du collectif.

Dans les groupes mixtes auxquels je participe ou ai participé par le passé, quelle que soit la moyenne d’âge du groupe, la plupart du temps — pas tout le temps donc nous sommes d’accord, mais trop souvent — les femmes s’occupent des tâches de secrétariat (rédaction et envois des mails, compte-rendus de séances), elles sont souvent les trésorières (tâches comptables tatillonnes qui font perdre une énergie folle), et elles s’occupent majoritairement de l’humain (règlent les derniers détails d’un projet avec quelqu’un·e, demandent des nouvelles, vérifient les disponibilités, facilitent la communication entre collègues). Pendant que les hommes souvent (pas tout le temps, oui !) ignorent ces tâches, soit carrément par mépris (et je juge à partir d’observations récentes vraiment très flagrantes), soit par inconscience de tout ce travail fait assez discrètement et qui peut n’avoir l’air de rien (quand on s’en tient loin, c’est facile de croire qu’il prend peu de temps). Ils gèrent plus souvent les aspects virilité-compatible : le discours théorique, les grandes questions — ou la technique, dans certains cas.

Ça, pour la recherche ; mais pour la part d’enseignement, même constat — qui gère vraiment la coordination des cours ? Qui est le plus souvent sollicité·e par les étudiant·es pour gérer des problèmes personnels ou administratifs ? — beaucoup de collègues femmes se sont exprimées cette année sur la question. Tout cela se règle tout seul : ça s’installe, plus ou moins de l’extérieur, et on ne s’en rend même pas clairement compte. On l’aura également constaté dans des contextes annexes, imprévus et révélateurs : cette année, lors de la mobilisation contre la LPPR et lors du confinement. Pour ce premier cas, par exemple, voilà ce que personnellement j’ai pu constater (et je le dis avec une certaine amertume, mais sans reproche : les logiques derrière tout cela sont systémiques plus que personnelles). Là où je me trouvais pour organiser la mobilisation, ce sont très clairement des femmes qui ont fait le plus gros du travail même si bien sûr elles n’étaient pas seules — la rédaction des textes, le rentre-dedans avec les collègues frileux·ses, la prise de risque auprès des personnes influentes, l’organisation des réunions diverses, les prises de tête. Il me semble que ce travail a été globalement reconnu à sa juste valeur, et ce qui s’est passé au niveau de la coordination nationale semble le confirmer (je conseille la lecture de cet article sur la mobilisation contre LPPR comme « mobilisation féministe »). Néanmoins voilà : là où j’étais moi, certaines femmes se sont épuisées à la tâche, et les jours de grandes mobilisations publiques venus on ne les a pas vraiment vues, alors que certains autres sont d’un coup devenus les héros de la mobilisation : en face des caméras, au-devant des banderoles, ethos quasi guerrier, ceux qu’on interroge. Les femmes — aussi parce que c’est ce qu’elles ont choisi — sont restées invisibles, en retrait. Encore une fois je ne blâme pas les personnes, je veux juste faire remarquer cela : nous avons des comportements genrés.

Alors, si l’on veut valoriser le travail de femmes ou de personnes minorisées sur critères de genre, il faut empêcher celui des hommes de prendre la place — parce que sinon, de fait tout simplement, il la prend. Les hommes vont plus oser, plus facilement se mettre en avant, choisir les tâches qui sont les plus visibles et les plus reconnues de l’extérieur, les autres vont plus venir les chercher pour les faire parler, et cela va se faire tout seul. La non-mixité d’un collectif de jeunes chercheur·ses, d’une manière tout bêtement pragmatique, empêche en partie ce phénomène d’intervenir.

 

Favoriser le souci des autres et refuser une recherche désincarnée

J’en viens au dernier point, qui est un de ceux que je trouve les plus importants — comme beaucoup de Jaseuses : il concerne ce qu’on appelle le travail de care.

Probablement en raison d’apprentissages genrés, ou parce que nous avons nous-mêmes fait à nos dépens l’expérience de l’importance de soigner une estime de soi ou une santé mentale trop facilement mises à mal dans le milieu de la recherche et particulièrement quand on est au départ en position de vulnérabilité (quand on est une femme, quand on est trans, quand on ne correspond pas à la norme sociale hégémonique, quand on est jeune, quand on est étrangèr·e…), nous trouvons qu’il est absolument crucial de se soucier les un·es des autres, comme ami·es mais aussi comme collègues, pour trouver d’autres manières de travailler ensemble que celles que l’on connaît au départ dans le milieu de la recherche.

D’un commun accord quoique assez tacitement, nous mettons beaucoup de choses en place pour donner place à ce souci des autres : sur notre espace de travail nous avons un canal explicitement dédié à l’entraide, où nous échangeons parfois sur nos difficultés au travail, mais parfois aussi sur des textes que nous écrivons à côté, ou sur nos progressions en sport, ou sur n’importe quoi qui fait partie de nos vies et intègre, d’une manière ou d’une autre qu’on n’a pas besoin d’expliciter, le lien que nous entretenons entre nous en tant que Jaseuses. En dehors de cet espace dédié, partout ailleurs, nous échangeons des quantités assez incroyables de mots d’encouragements, sur notre espace de travail ou en discussions privées, des flots de félicitations quand l’un·e de nous a réussi quelque chose, énormément de smileys cœurs, pouces en l’air, bravo ou autres. Il n’y a pas, comme le reste du temps dans les milieux de l’enseignement supérieur et de la recherche que je fréquente, de présupposé selon lequel on est tou·tes en bonne forme, fraî·ches et dispos·es 24h/24, prêt·es à négliger nos santés et nos vies privées, ou nos aspirations ou besoins personnels, pour la recherche. Il n’y a pas de présupposé selon lequel nous serions de purs esprits, selon lequel nous serions capables de parler de choses intellectuelles en permanence sans ni s’épuiser, ni angoisser sur l’état de nos connaissances ou quoi que ce soit. Non pas que je prenne mes collègues pour des personnes inconscientes de cela : je suppose qu’on partage tou·tes globalement la conscience d’être des êtres humains faillibles — mais par contre, en général, on fait comme si ça n’était pas le cas, et on surjoue l’ultra-compétence, l’ultra-disponibilité, entérinant par là des logiques plutôt pas très bienveillantes ni très indulgentes, ni envers les collègues ni envers soi-même. Aux Jaseuses il y a cette tendance à faire l’inverse : on se le dit quand on va mal, quand on est fatigué·es et qu’on a la flemme, quand on stresse pour une bêtise, etc.

J’attends de voir cela dans un groupe mixte1. Je ne pense pas du tout que ça soit impossible, je ne vois pas de raison fondamentale pour laquelle seuls les hommes cis seraient incapables de travailler à ce souci de l’autre, à sa valorisation au quotidien — et je crois d’ailleurs que dans certains groupes mixtes auxquels je participe les choses bougent sur ce point. Cela pourrait ne pas avoir de rapport avec le féminisme et la « non-mixité choisie sans hommes cis », mais bon : le care, jusque-là, s’est surtout développé du côté des femmes. Pour le moment, pragmatiquement, cela me paraît encore difficile d’intégrer ces logiques à des groupes mixtes : je ne connais pas vraiment de collègues ni d’amis hommes qui soient disposés à mettre en scène leurs failles et vulnérabilités diverses au travail, qui soient disposés à faire exprès de laisser tomber parfois les barrages de dignité et d’amour propre qui sont les nôtres en général. Pas de smiley, c’est trop infantile et trop peu professionnel ; surtout surtout, ne jamais faire de fautes dans les mails ou même dans les sms ; avoir l’air malin, utiliser des formules brillantes, glisser des références cryptiques, name dropper (jeter des noms brillants pour se donner artificiellement l’air savant·e, au risque d’écraser l’interlocuteur·ice) ; faire des sous-entendus indéchiffrables et gênants pour tout le monde — toutes ces manières de refuser de se rendre vulnérable dans les détails. Je ne suis pas sûre que l’expérience soit absolument généralisable, mais c’est ce que nous avons réussi à faire aux Jaseuses : on y est plutôt serein·es, on exprime nos doutes et on s’envoie des conseils et du réconfort, cela nous aide à pallier nos états d’angoisse et à être plus créatif·ves, à formuler des critiques entre nous aussi sans craindre de trop heurter nos egos, à éviter un peu plus facilement les non-dits qu’ailleurs — bref, à faire du meilleur travail.

Alors la non mixité nous paraît justifiée dans un collectif de recherche aussi parce qu’elle permet que se développe un certain climat de bienveillance qu’on aurait plus de mal à mettre en place autrement. C’est très concret : si le groupe était parfaitement mixte, personnellement, jamais je n’enverrais les mots affectueux que j’envoie actuellement, les petits cœurs d’encouragement ; pour proposer des idées, j’aurais peur de paraître idiote, de me tromper, de n’avoir pas bien toutes les références ; bref, je serais bloquée dans mes propres élans de recherche.

***

Il est évident — mais je préfère le rappeler tout de même pour éviter les accusations faciles — que ce choix de la non-mixité n’est possible et pertinent qu’en tant qu’il ne concerne qu’un moment de la recherche, qu’un groupe de travail, et certainement pas toute une manière d’envisager la recherche en général ; et que ces choix — comme tous — ont leurs limites, faciles à repérer. Il n’empêche que la non-mixité a été un facteur déterminant de la mise en place de cette qualité de notre cadre de travail, et nous défendons fermement sa pertinence pour cela.

 

Pour citer cet article : Aurore Turbiau, "La non-mixité dans le cadre d’un collectif de « jeunes chercheur·ses »," in Les Jaseuses, 12/06/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1305.

 

Lire aussi : « Plus vite, plus haut, plus fort – mais seule ? Sociabilité en milieu universitaire et injonction à la compétition », par Mathilde Leïchlé

  1. En commentaire à l’article, une autre Jaseuse propose : un jour, post-apocalyptique, peut-être ? []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/07/2020

    […] Jaseuses », qui en parlent dans une série de billets, dont je recommande particulièrement « La non-mixité dans le cadre d’un collectif de « jeunes chercheur·ses » » par Aurore Turbiau, mais n’hésitez pas à jeter un œil au sommaire des articles sur ce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search