Épisode 9 | Corps, esprit, créativité « J’ai ramassé les boutures de moi »

Nos corps jasent – mais comment vont nos âmes ? Est-ce que le confinement rapproche âme et corps, mental et physique ou est-ce qu’au contraire le gouffre se creuse ? Quelle est la part de spirituel dans toute cette matière qui nous porte, nous accompagne, nous inquiète parfois, nous réjouit aussi ?

Quand âme et corps sont opposés, cette chair peut être perçue comme un frein à la productivité désirée par l’esprit, si souvent tout-puissant dans notre société. Le vrai temps, celui de ce qui se passe, celui qui porte la gravité des événements, qui les laisse nous traverser, c’est alors le temps du corps qui dit “Non”, qui dit “Assez”, qui dit “Attends”, “Regarde” quand l’esprit dit: “Encore ! Plus vite ! Plus fort !”

Dans ce temps libre, libéré pour certain.e.s, l’âme et le corps peuvent aussi amorcer une nouvelle rencontre, une réconciliation – la créativité. Du trampoline à la lecture en passant par la contemplation immobile, le travail de l’esprit rejoint celui du corps. Apprendre, créer, méditer – une énergie intellectuelle pleinement associée au corps. Être libres enfermé.e.s, libérer sa pensée, rassembler son âme et son corps sans la fragmentation du regard des autres.

 

En réponse à notre appel, quelqu’une nous a envoyé une version écrite de son beau témoignage sonore. Nous avons décidé de le faire apparaître ici, comme prolongement de cet épisode dédié aux « boutures de soi » qui s’échappent parfois de nos corps et de nos esprits.

 

Nos corps confinés

Mon corps, ce monstre que je caresse, que je dompte, que j’explose et que j’exploite tour à tour. Mon corps, cette fleur que je tiens dans mon poing.

Hier on m’a dit de l’enfermer.

Mon corps, mon cœur, j’avais cessé de t’écouter. Ballotté, boulotté, déboulonné et arc-bouté dans la vie à cent à l’heure, en corps et en cœur. Je maudis mes membres fatigués, les condense et les malmène. Je reprends mon souffle et mes poumons, une cigarette et un verre de vin, et puis mon cœur, encore et en corps.

Et hier on m’a dit de l’enfermer.

D’abord, je n’ai pas compris. Mon corps à bout, je l’ai attrapé, bien serré, pour qu’il ne m’échappe pas. Je me donne un rythme, comme si de n’était. Je calcule et accumule, puis brûle brûle et brûle. Mon corps, mon corps, j’étire les muscles et te soumets entre les murs. Je jouis de mon contrôle de moi sur moi, de toi, comme un Autre que je modèle à ma guise, à ma prise. Je m’étends, me surpasse. A horaires fixes, ou presque. Te voilà brusquement mon point focal, ma ligne de mire. Te rendre parfait, entre mes murs. Je me manipule à coups d’injonctions car tout cesse et je n’ai pas appris à arrêter, à suspendre un temps les jugements et le souci de répondre, de marcher, de fonctionner coûte que coûte. La productivité s’est emparée de mes mouvements et je suis un funambule sur les annonces de confinement. Je te regarde comme un Autre, enfin, dont les besoins me dérangent, me démangent. Et puis il y a la nourriture… Un respect poli, et puis j’abdique. Du plaisir à combler les interstices du corps et du cœur, enfermés dans une boîte. Jusqu’à quand… ?

Et puis, un matin ça me prend. Le sang tâche mes vêtements. Un peu avant la date, un peu plus fort que normalement. Je chavire.

Endoloris.

Ma colonne craque.

Mon bas-ventre aussi.

Des boutons, mes oreilles, les maux se multiplient.

Je crois que mon corps crie, moi qui ne l’écoute jamais.

Et puis ça s’est arrêté.

J’ai lâché mes membres et ma tête et mes larmes. Par à-coups et puis d’un coup. Je suis fatiguée, et le temps s’étale. Le printemps est venu, et avec lui la pluie. Ca va durer. Je souffle. Mon corps à cœur, à fleur de peau, je te retrouve. Enfin. Je dormirai, aujourd’hui et demain, et tous les jours si j’en ai envie, si j’en ai besoin.

J’ai laissé mes cheveux pousser. Mes dents mordre à pleine dents et mes yeux se reposer. Mes seins, s’épanouir en liberté, et mes cils se déployer. Sans artifices. Quand j’ai compris que je n’étais pas obligée, j’ai commencé à respirer. J’ai ramassé les boutures de moi, celles que j’avais jetées par-ci par-là, à la volée pour ne rien perdre, ne rien manquer, être à chaque instant à chaque endroit, exister à travers le regard des autres sur moi.

Je les regarde pousser, encore et en corps, au cœur de moi.

On dit maintenant que c’est bientôt fini. Quoi qu’on dise, je rêve de ce moment où je pédalerai à toute vitesse, cheveux au vent, sur les routes des campagnes que j’imagine. Je rêve de gravir une montagne, là-bas, en Andalousie, de sentir la sueur perler sur mon front, ma nuque, de sentir mon souffle s’accélérer, de nager dans des rivières d’eaux vives et de rire à gorge déployée en déployant mon corps sur les rochers brûlants de l’été. De courir, courir, et de me laisser tomber, de dévaler des collines en boule et de laisser l’herbe me caresser, les fleurs m’éclabousser, et le vent rugir jusqu’à m’enivrer…

On perd de l’espace, mais on en gagne, à habiter d’abord nos corps.

C’est que je me suis dit, c’est ce que j’ai pensé. Parce que moi j’ai la chance de vivre dans une maison avec jardin, que je n’ai pas d’enfants, et que tout le monde autour de moi va bien. Tout est toujours relatif et on ne dira pas merci à une pandémie qui tue, à la maladie qui ravage et à l’enfermement qui détruit. Mais ce que j’ai remarqué, c’est que si le mouvement c’est la vie, le temps c’est l’espace dans lequel elle se déploie. Et notre corps, c’est notre maison dans ce monde qui, peut, subitement, rapetisser.

Alors j’apprends à le connaître, cet Autre qu’on ne m’a pas appris à choyer. Mon corps, cet animal, ce monstre, que j’ai trop voulu domestiquer. J’apprends, petit à petit, à l’aimer.

En cœur et encore, en corps.

Clémence Demay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search