Épisode 7 | Corps heureux, corps douloureux « Grosse Fatigue. Dormir encore plus. Grosse fatigue toujours »

La période du confinement a brouillé notre rapport à la santé et à la maladie. Le virus nous a tou.te.s poussé.e.s à porter une plus grande attention à nos corps, à scruter les symptômes. Puis, une fois confiné.e.s pour éviter de tomber malades, nous avons été confronté.e.s à de nouveaux risques, venus se surajouter à la menace de la contamination. L’immobilité a fait craindre une perte de vitalité, une plus grande fragilité corporelle, une fonte musculaire, l’isolement a parfois signé le retour des addictions, des angoisses, des troubles anxieux ou des troubles du comportement alimentaire.

Le corps social, bien souvent, est un moyen : il se doit d’être performant, de suivre les ordres de l’esprit, de minimiser les phénomènes qui l’agitent pour faire face au monde. Ce corps-là, pour un temps, a été mis au placard. Parce qu’ils n’étaient plus au service de quoi que ce soit, nos corps ont pris de la place, nous ont obligé.e.s à les regarder, à les écouter, à éprouver leur présence, leurs limites, toutes leurs manifestations.

Tantôt heureuse, tantôt douloureuse, cette nouvelle place dévolue au corps nous a obligé.e.s à faire le point avec lui, à régler de vieux comptes, à en ouvrir de nouveaux, à le détester un peu plus ou à apprendre à “lui foutre la paix”.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/08/2020

    […] Épisode 7 | Corps heureux, corps douloureux « Grosse Fatigue. Dormir encore plus. Grosse fati… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search