Épisode 2 | Chez soi « Sortir de l’appart pour sortir de mon corps »

Être confiné.e, c’est être assigné.e à un lieu dont on ne bouge que peu. Alors forcément cela modifie la manière dont on habite cet espace et dont on se l’approprie. Il est pour certain.e.s perçu comme un agréable cocon dans lequel on hiberne, et pour d’autres comme un espace angoissant qui nous enferme, tels des animaux en cage. Notre corps tourne en rond, l’espace est trop petit pour l’abriter et nous nous retrouvons enfermé.e.s dans notre corps tout autant que dans nos appartements.

Toutes les stratégies sont bonnes pour retrouver le dehors : travailler sur son balcon, sortir la poubelle pour sentir quelques instants la chaleur du soleil sur sa peau, vivre la fenêtre ouverte, ou encore s’évader dans de longues promenades en montagne quand on le peut.

Les conditions de confinement influent sur la façon dont on vit cette période : jamais posséder un balcon ou un jardin n’a été aussi précieux.

Mais il est un autre luxe peut-être tout aussi important : être confiné.e avec des êtres qui nous sont chers. La solitude pèse pendant ce confinement et nous fait sentir à quel point le contact avec d’autres vivants est vital. La rencontre avec des inconnu.e.s sur un sentier de randonnée, ou la simple observation de scènes de la vie quotidienne depuis son balcon parisien, redonnent du baume au cœur et de l’énergie pour tenir.

En réponse à notre appel , quelqu’une nous a envoyé ce très beau montage vidéo intitulé Le basculement, plutôt qu’un témoignage sonore.  Nous avons choisi de le faire apparaître avec cet épisode dédié aux rapports entre corps et espace, intérieur et extérieur.

Musique : Anvil – Lorn.

Afin d’appréhender au mieux ces images, nous restituons ici le texte de l’artiste qui les accompagnait :

Je suis cliniquement et psychiquement malade. Je souffre de troubles majeurs de la personnalité limite et dissociative.

Lorsque que le confinement a été établi je me suis retrouvée à nu, en tête à tête avec moi même pour la toute première fois.

Dans un premier temps j’ai presque trouvé cela agréable d’être libérée du jugement des autres et de cette pression à paraître comme vous. J’étais soulagée du regard validiste que l’on pose sur moi en permanence, délestée de toute cette énergie que je consacre au quotidien pour paraître valide, normée ou « normale » selon vos mots. Cette situation d’isolement pour moi c’était l’euphorie. Mon corps était léger et mon esprit virevoltait.

Mais cela n’a pas duré : rapidement l’anxiété et l’angoisse sont arrivées. Pas à cause de l’ennui, du manque de mes proches ou d’un trop plein d’énergie comme pour beaucoup de personnes valides. Il fallait que je trouve du sens à tout ce vide laissé par le confinement. Face à l’angoisse, pour que je me sente mieux, mon esprit a eu pour réflexe de créer une routine afin ne pas tourner en rond. Et cette routine devint rituel, et les rituel devinrent nombreux, puis compulsifs, et c’est ainsi que je me suis réfugiée pathologiquement dans mes tocs. Mes tocs ont dévalé la pente en roue libre. Trois heures puis cinq heures puis dix heures par jour, et alors je me sentais mieux. Cela m’a permis de retrouver une substance, au moins pour un temps.

Après l’euphorie et la frénésie rituelle, la dysphorie s’est plantée là. Et alors ? Qu’est ce qui était encore vrai ? Qu’est ce qui ne l’était pas vraiment ? Et même les solides certitudes et fondations sur lesquelles mon monde se basait n’étaient plus certaines. J’étais qui ? Et J’étais quoi ? Et d’ailleurs étais-je encore réelle ? Étais-je devenue autre ? Où étais-je ? Est ce que je voulais même encore m’en sortir ?

Tout s’est brouillé. Je réalisais que j’étais moi même mon propre monstre qui se cache sous mon lit et que j’essaie de fuir. Et pourtant je dois vivre en tête à tête avec nous-mêmes.

Et tout se mélange, tout se distend. Le temps coule et l’espace fond. Mon esprit est un royaume où tout est mouvant. Comme un immense château dont les pièces, les couloirs et les murs s’agencent différemment chaque nuit. À chaque nouveau jour tout change de place, de couleur et d’orientation. Les frontières de ce royaume deviennent floues, les formes et les matières se confondent, les traits de ce château bancal ne sont même plus droits. Et je suis restée prisonnière de ce donjon mouvant plus de deux mois.

Ce passage dissociatif, qui m’a peu à peu extraite de la réalité, cet instant, je l’appelle le basculement. Cette vidéo est une interprétation illustrative et photographique de cette frénésie puis du moment précis où tout bascule.

À partir de là mon confinement a pris une autre tournure. Je me suis sentie m’enfoncer peu à peu dans la confusion, dans un spectacle grinçant où tout sonnait faux et qui était pourtant très réel pour moi. Seule sur ma barque de fortune, j’ai dérivé loin du rationnel car le temps file et défile et se perd. Mon corps lui est immobile et étriqué, sa propre chair en bazar, entre spasmes et fourmillements. Tantôt il étouffe, panique, tremblotte, tantôt il s’engourdit.

Pour les personnes atteintes de troubles psy ou de neuro divergence, ce confinement n’a pas été qu’une histoire d’être enfermé.e entre quatre murs. Il s’agit de vivre avec soi, et soi seul(e), et de survivre à cela.

Mention : Merci de ne pas sexualiser les fxmmes et leurs corps.

Louve


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.