Le poé(li)tique de la prise de parole des femmes : les actes !

Détail. <em>Le Torchon brûle</em>, n°2.

Détail. Le Torchon brûle, n°2.

Les 18 et 19 octobre s’est tenu à Paris le colloque inaugural du collectif des Jaseuses (à l’époque encore « Les Parleuses ») : ces journées ont été la première mise en voix du projet. Aujourd’hui, nous publions les actes du colloque : six des interventions sont ici proposées à la lecture, retravaillées et relues par le collectif et par leurs autrices.

Nous nous sommes intéressées à ce processus ­même qui a été mis en œuvre ces jours-là : la « prise de parole ». Comment la parole se déclenche­-t­-elle chez les femmes, comment prend­-elle corps dans leurs œuvres ? Qu’elle soit orale, écrite, picturale, sculptée, photographique, cinématographique, chorégraphique… la parole est extériorisation, mise en forme. Amandine Dumont, dans son article « Janine Solane : l’acte d’enseigner la danse comme prise de parole féministe », réfléchit ainsi à la manière dont le corps féminin, à travers la danse et en particulier à travers l’apprentissage de la danse, peut être réapproprié. Qu’est­-ce qui, chez les femmes, la contraint ou l’empêche ? Inversement, qu’est-ce qui la permet, l’autorise ? Comment les diverses prises de paroles des femmes s’articulent entre elles – y a­-t­-il une histoire des prises de parole des femmes ? Il faut aussi se questionner de manière épistémologique : ces questions de fond, ainsi formulées, ont-elles vraiment du sens – « les femmes » existent­-elles ? Interroger « les femmes » est-­il une avancée pour la recherche, pour le féminisme, ou une régression ? Comment choisissons-nous de construire cette catégorie de manière à en faire un objet de connaissance pertinent ?

Si le moment de la prise de parole nous intéresse, c’est aussi qu’il fait rupture : c’est la disparition soudaine du silence. Certaines des participantes au colloque se sont penchées précisément sur cette question du silence des femmes, sur ce qu’il signifie de leur présence au monde : Clémence Demay dans son article « Écrire la voix, peindre les mots contre la langue coupée : une étude de la nouvelle ‘Permiso de hablar’ de Silvina Ocampo » a ainsi interrogé le rapport entre mutisme, prise de parole, écriture. En cela, la prise de parole des femmes peut être foncièrement politique, à cause de la longue histoire de relégation des femmes à l’arrière­-plan de l’espace public – c’est la position que tiennent bon nombre d’écrivaines et critiques féministes. Il faut alors s’interroger sur la manière dont la politique se forme : comment se lie­-t­-elle à la poétique, au processus de création ? Comment s’harmonise­-t-elle, si elle le peut, avec l’esthétique ? Comment les artistes engagent­-elles politiquement leur parole ? Dans « “Vouloir se dire, c’est s’engager à faire l’histoire” – Histoire d’un compagnonnage », Sophie Coudray évoque ainsi les liens entre le Théâtre de l’opprimé et le Mouvement français pour le Planning familial qui s’empare de techniques et d’outils pour diffuser une parole militante, des savoirs engagés.

Il faut interroger les modalités et tonalités des prises de paroles féminines : dans quels contextes ? sous quelles formes ? quels tra/trans/inter­dire(s) pour quels horizons ? Quelle réception de la prise de parole féminine, quels imaginaires peuvent lui être associés ? Dans quelle mesure cette prise de parole se confronte­-t­-elle à des stéréotypes, comme le cantonnement à certains sujets ou certains genres, épistolaires par exemple ? Vicky Gauthier, dans son article « La voi(e)x paradoxale de Rachilde », présente ainsi les résultats de sa thèse ayant porté sur l’œuvre romanesque de l’écrivaine décadente et une étude de La Princesse des ténèbres (1896), mettant en scène le personnage de prédilection de Rachilde, soit la femme célibataire éprise de liberté, mais contrainte par les jougs sociaux de l’époque, et, donc, vue comme monstrueuse par la société.

Enfin, il faut prendre en compte les justes critiques qui sont soulevées à propos des études féminines : dégager un objet d’étude féminin pour contrebalancer l’oubli trop fréquent des femmes dans la recherche peut être une stratégie d’étude efficace, compensatoire, mais l’on doit se garder de faire des études féminines un cadre rigide et réducteur – les œuvres de femmes ne sont pas seulement des œuvres « de femmes ». La prise de parole des femmes n’est donc pas toujours, fatalement, politique – comme on admet que celle des hommes peut ne pas l’être, voire ne doit pas l’être si elle vise à une grande reconnaissance artistique. Comment parler, alors, de ces œuvres ? Maya Derrien envisage la complexité de l’oeuvre de Nancy Holt et de sa réception dans son article « Nancy Holt, porter sa voix pour deux » – dans quelle mesure est-il pertinent de dégager l’œuvre de l’artiste de celle de son mari, Robert Smithson ? Où se place la limite entre hommage et effacement ?

À travers l’histoire, on constate souvent que les prises de parole les plus massives et les plus politiques des femmes sont aussi liées à un grand foisonnement des formes artistiques – que l’on pense par exemple à l’explosion des revues artisanales lors de l’avènement du Mouvement des Femmes en Occident, juxtaposant textes, poèmes, photos, crayonnés sur toutes leurs pages. Carole Cotaya propose ainsi une analyse de l’usage de la photographie dans les récits de soi d’Annie Ernaux, Patti Smith et Marie NDiaye. Les rapports qui peuvent s’établir entre « politique » et « parole féminine » sont extrêmement complexes : réseaux sociaux et libérations de la parole, effets de censure, multiplication des modes de militantisme…

Le colloque s’était clos sur un riche échange avec Xavière Gauthier, fondatrice de la revue Sorcière, militante féministe depuis la seconde vague : « Po(é)litiser la parole des femmes depuis les mouvements de libération ».

Bonne lecture !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/07/2020

    […] Cet article rédigé par Amandine Dumont est publié suite au colloque inaugural des Jaseuses (ex-Parleuses) « Le poé(li)tique de la prise de parole des femmes », qui s’est tenu à Paris les 18 et 19 octobre 2019. Retrouvez le sommaire des actes ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.