Quelques remarques sur l’épopée wittigienne : utilisation poétique et politique du registre épique dans Les Guérillères

Rendez-vous mardi 16 mai à partir de 18h, sur Zoom, pour un nouvel atelier de recherche autour de l’œuvre de Monique Wittig, cette fois-ci autour des Guérillères !

De quoi est-il question dans Les Guérillères ? En quoi est-ce une épopée féministe et lesbienne ? Comment comprendre et interpréter ce fameux “elles” qui rythme le texte ?

Voilà quelques-uns des sujets qu’Alex Lachkar abordera avec Camille Lorenzi, lors de cet atelier de recherche qui s’inscrit dans le cadre de la programmation #Wittig2023 des Jaseuses.

Afin de favoriser le dialogue et les échanges, l’atelier s’articulera autour de trois blocs, chacun étant composé d’une brève présentation par Camille Lorenzi et d’une discussion commune. L’atelier se conclura sur un dernier échange plus général, autour des Guérillères et des discussions précédentes. Les trois blocs seront les suivants :

  • L’épopée, et ce qu’en fait Monique Wittig
  • La réception des Guérillères : comment et par qui l’ouvrage a-t-il été reçu, à l’époque de sa sortie et par la suite ? Les lectures féministes – comme celle du MLF – et lesbiennes peuvent-elles coexister ?
  • Lesbianisation : peut-on, doit-on lesbianiser Les Guérillères ? Quelle lecture lesbienne peut-on en faire ? Les lesbiennes se cachent-elles derrière ce “elles” ?

L’atelier durera entre 1h30 et 2h, en fonction des discussions. Les éléments de réflexion seront fournis par Camille Lorenzi, qui a découvert les écrits de Wittig durant sa troisième année de prépa en spécialité théâtre à Lille, qui lui ont donné envie de bifurquer vers les études de genre. Camille a ensuite intégré le master GLC de Lyon 2, et rédige actuellement son mémoire. Sa recherche se concentre sur la transformation de l’épopée dans Les Guérillères, le rapport que Wittig entretient avec le langage hétéropatriarcal et l’introduction du lesbianisme dans cette forme canonique pour la modifier depuis l’intérieur. L’atelier sera encadré par Alex Lachkar, qui fait une thèse sur les littératures lesbiennes ultra-contemporaines en France et s’intéresse notamment aux intertextualités lesbiennes qu’on trouve dans ces textes (Violette Leduc, Monique Wittig, Virginie Despentes, etc.).

Pour participer, merci d’envoyer un mail à lesjaseuses.carnet@gmail.com en indiquant dans l’objet qu’il s’agit de l’atelier sur les Les Guérillères. Nous vous enverrons le lien Zoom, ainsi que quelques textes permettant de (re)découvrir ce texte wittigien pour préparer la séance. L’atelier est ouvert à toustes ! Nul besoin d’être chercheureuse ou étudiant.e, tout le monde est bienvenu, il s’agit avant tout de faire découvrir cet ouvrage et de discuter de ses enjeux.



Citer ce billet
Alex Lachkar (2023, 10 mai). Quelques remarques sur l’épopée wittigienne : utilisation poétique et politique du registre épique dans Les Guérillères. Les Jaseuses. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qunk

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search