Trina Robbins, herstorian et artiste bédéaste

In those days if you had asked me what I wanted to be when I grew up, I would have simply answered, “A bohemian.” I took French in high school so that I could go live in a garret in Paris and wear berets and become a great artist. I had not yet noticed that’s all the art I saw in museums was by men1.

Trina Robbins en 1982 au San Diego Comic Con

Icône de la scène underground de San Francisco, Trina Robbins inscrit son nom dans l’histoire culturelle des États-Unis grâce à son travail artistique, mais surtout à son ambitieux projet d’historicisation des dessinatrices de presse et de bande dessinée.

Issue d’une famille d’enseignant.e.s, Trina Robbins, née Trina Perlson, baigne dans un milieu ouvertement axé sur la culture et s’intéresse très rapidement à la lecture. Malgré la mauvaise réputation des comics books et autres bandes dessinées, ces ouvrages ne sont pas censurés chez elle. Son travail d’écriture et de dessin se forment au fur et à mesure que sa passion pour la lecture grandissait. Elle passe son enfance et son adolescence à créer des histoires inspirées par les bandes dessinées qu’elle dévorait, mais que n’illustraient pas des personnages féminins et montraient encore moins de véritables héroïnes.

Trina Robbins, « Suzy Slumgoddes », East Village Other (EVO), 1966

Après un court passage au Queens College, Robbins part pour Los Angeles où elle tiendra une boutique de vêtements hype, ce qui lui permettra de côtoyer différentes icônes de l’époque. À son retour à New York, elle monte sa boutique de vêtements, Broccoli, où elle vend ses propres créations, lesquelles ont aussi contribué au paysage contre-culturelle de New York2. En même temps, elle publie ses premières planches, dont la toute première est « Suzy Slumgoddes » (EVO – 1966). Durant près de trois ans, elle se concentrera sur son métier de designer et publiera de manière sporadique quelques planches dans des médias undergrounds. Ce ne sera donc que fin 1969, quand elle quitte New York pour s’installer définitivement à San Francisco, qu’elle décidera de se consacrer à sa carrière artistique.

En plein essor du mouvement underground de la bande dessinée et dans la fulgurance de ce phénomène contre-culturel, Trina Robbins lance avec Barbara Mendes It Ain’t Me, Babe, la première bande dessinée faite dans toute l’histoire par des femmes. Ce fanzine a permis de repérer d’autres femmes bédéastes telles que Nancy Kalish, Lisa Lyons, Meredith Kurtzman ou Michele Brand. It Ain’t Me, Babe offrait aux femmes, même à celles qui ne se consacraient pas officiellement au dessin, un lieu d’expression libre et authentique. Ce nouveau média inclusif, qui était en pleine rébellion contre le système patriarcal et contre la misogynie ambiante de la bédé, a permis à ces femmes de s’allier. C’est donc en 1972 que Trina Robbins forme le Women’s Comix Collective qui produira le mythique Wimmen’s Comix.

Le projet féministe du Wimmen’s Comix est un constat et se fait entendre à travers le traitement des sujets de taille tels que l’inceste, les violences sexuelles, la sexualité, le lesbianisme, l’oppression, le travail, la famille, les règles ou encore les rapports des femmes avec les hommes ou entre les femmes. Ces thèmes, polémiques pour l’époque, étaient renforcés par une production dessinée qui se voulait scandaleuse. Wimmen’s Comix, qui a été publié durant près de vingt ans, a inspiré des productions similaires, dont la revue française Ah ! Nana3.

Socialement engagée, Trina Robbins a également produit des albums au profit de certaines causes (pro-avortement et pour la lutte contre le SIDA notamment). Cette combativité, elle la mène sur le terrain avec l’association Friends of Lulu qui, entre 1997 et 2010, œuvrait pour la valorisation et la visibilisation du travail des femmes bédéastes4. Outre son implication dans cette fédération d’autrices, Trina Robbins a produit une œuvre aussi prolifique que foisonnante. Parmi sa nombreuse liste d’œuvres, on peut citer : All Girl Thrills (avec Willy Mendes et Jewel), Girl Fight Comics, The Legend of Wonder Woman5, The Silver Metal Lover (d’après Tanith Lee), Strip AIDS U.S.A. : A Collection of Cartoon Art to Benefit People with AIDS, San Francisco, Choices : A Pro-Choice Benefit Comics Anthology for the National Organization for Women, Demeter and Persephone : A Graphic Classic, Champion of Freedom : Simon Bolívar (avec Júlio Ferreira), et bien d’autres. Parfois critiquée parce que ses dessins hypersexualisent l’image des femmes, Robbins s’est aussi investie à déjouer les stéréotypes de genre à travers son regard critique6.

Trina Robbins, Girl Fight Comics, 1972

Devenue une icône du mouvement contre-culturel, elle s’investit dans un projet d’historicisation de taille : rendre visibles les femmes dessinatrices et caricaturistes dans l’histoire du neuvième art des États-Unis. Ainsi, Trina Robbins publie en 1985 Women and the Comics co-écrit avec Catherine Yronwode. Au travers de son travail de vulgarisation7, Robbins dresse la carte de la constellation des femmes bédéastes livrant avec lui en regard quasi anthropologique qui jalonne l’évolution de certaines femmes dans la société états-unienne du XXe siècle. On apprend ainsi que les femmes œuvrent dans ce média parallèlement à sa naissance et que plus de 200 autrices ont fait l’histoire de cet art : en 1896 Rose O’ Neill travaillait déjà dans le magazine Truth dont a été publié The Yellow Kid8 ; cinq ans plus tard, The New York Herald, publiait les planches de Louise Quarles, puis de Kate Carew et Grace Gebbie Weidersheim. Robbins nous présente également d’autres autrices telles qu’Eleanor Schorer, qui dès la fin des années 1910 dessinait des illustrations art déco audacieuses et scandaleuses ; Edith Stevens, qui à travers ses planches faisait la chronique des mœurs dans les années 1920 et 1930 dans les pages du Boston Globe ; et nous fait encore découvrir l’autrice amérindienne Eva Mirabal9, qui publiait ses planches dans les années 1940.

Avec son travail d’historienne (herstorian –historienne d’elle- comme elle se fait distinguer) Trina Robbins replace le rôle qu’ont joué d’autres figures, plus prolifiques, dans l’univers de la bande dessinée. En restituant leur histoire depuis un regard situé, elle contextualise également toute une époque. C’est alors qu’aux côtés des mythiques Lily Renée, Barbara Hall, Jill Elgin et Tarpé Mills, on peut trouver les histoires d’Ethel Hays, de Gladys Parker, de Ramona Fradon, de Nell Brinkley, de Phoebe Gloeckner, d’Edwina Dumm, de Lilli Carré, parmi beaucoup d’autres.

Reconnue et légitimée dans le monde entier10, Trina Robbins a marqué l’histoire du neuvième art, que ce soit pour l’ensemble de son travail artistique, par ses postures critiques ou par son ambitieux travail de vulgarisation.

Références

AnnaBella Vaca, Trina Robbins Still Standing!!, documentaire, mis en ligne le 31 janvier 2020. URL : https://youtu.be/yKnWRCPakA8.

Abraham Riesman, « The Story of Trina Robbins, the Controversial Feminist Who Revolutionized Comic Boks », in Vulture, April 18t 2018, URL : https://www.vulture.com/2018/04/meet-trina-robbins-the-feminist-who-revolutionized-comics.html.

Carlo McCormick, « The Urban Trip: New York’s Psychedelic Moment », in Christoph Grunenberg, Jonathan Harris, Jonathan P. Harris (editors), Summer of Love: Psychedelic Art, Social Crisis and Counterculture in the 1960s, Liverpool University Press and Tate Liverpool, Liverpool 2005.

Leah Misemer, « Hands Across the Ocean: A 1970s Network of French and American Women Cartoonists. » in Frederick Luis Aldama, Comics Studies Here and Now, Routledge 2018.

Susan Kirtley, « ‘A Word to You Feminist Women’ : The Parallel Legacies of Feminism and Underground Comics » in Jan Baetens Hugo Frey Stephen E. Tabachnick (dir.), The Cambridge History of the Graphic Novel, Cambridge University Press, 2018, URL : https://www.cambridge.org/core/books/cambridge-history-of-the-graphic-novel/word-to-you-feminist-women-the-parallel-legacies-of-feminism-and-underground-comics/A89F976609EDF36DAED1CBDE9EFDFE76/core-reader.

Trina Robbins, Women In Comics. An Introductory Guide, National Association of Comics Art Educators (NACAE), 06/2014. [En ligne], URL : https://www.cartoonstudies.org/wp-content/uploads/2014/06/women.pdf.

Trina Robbins, Last Girl Standing, Seattle, Fantagraphics Books, 2017.

Trina Robbins, Jennifer K. Stuller, « Focus on Trina Robbins », in Feminist Media Histories (2018) 4 (3), pp. : 119–134 [En ligne]. URL : https://online.ucpress.edu/fmh/article/4/3/119/37863/Focus-on-Trina-Robbins.

* Toutes les images appartiennent à Trina Robbins, qui nous a donné l’autorisation de reproduction.

Notes

1. Trina Robbins, Last Girl Standing, Seattle, Fantagraphics Books, 2017, p. 31.

2. À ce propos, voir : Carlo McCormick, ‘‘The Urban Trip: New York’s Psychedelic Moment’’, in Christoph Grunenberg, Jonathan Harris, Jonathan P. Harris (editors), Summer of Love: Psychedelic Art, Social Crisis and Counterculture in the 1960s, Liverpool University Press and Tate Liverpool, Liverpool 2005.

3. D’ailleurs, Trina Robbins aura une place assez importante dans la revue Ah ! Nana, où elle participera avec plusieurs de ses bandes dessinées.

4. En France, son équivalent serait l’association Artémisia, co-fondée par Chantal Montellier et Jeanne Puchol.

5. En 1985, Trina Robbins devient la toute première femme à avoir dessinée Wonder Woman, ce qui démontre que le processus de légitimation a été un long combat.

6. Sur cette démystification de LA femme telle que présentée dans les comics états-unienne, voir ses essais The Great Women Superheroes (Kitchen Sink, 1996) et From Girls to Grrrlz: A History of Female Comics from Teens to Zines (Chronicle Books, 1999).

7. Des livres tels que A Century of Women Cartoonists (Kitchen Sink, 1993), The Great Women Superheroes (Kitchen Sink, 1997), From Girls to Grrrlz: A History of Women’s Comics from Teens to Zines (Chronicle, 1999), The Great Women Cartoonists (Watson-Guptill, 2001) et Pretty In Ink (Fantagraphics, 2016) constituent un important fond d’archives et de valorisation sur les femmes artistes aux États-Unis.

8. Paru en 1895, ce titre est considéré comme la première bande dessinée de toute l’histoire.

9. Également connue sous le nom d’Eah Ha Wa.

10. Trina Robbins a été classée parmi les douze femmes dessinatrices méritant une reconnaissance pour sa contribution dans l’histoire de la Bande Dessinée par la Comics Alliance. Elle a également été récompensée par le prix Inkpot, par le prix Eisner (étant l’une de six artistes femmes du Will Eisner Hall of Fame), ainsi que par le Comic-Con de San Diego (USA).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search