Emportée par la foule

Emporté par la foule - graffiti, Nantes

Emporté par la foule – graffiti, Nantes, Contre-Attaque (Nig)

Hier, « la foule » s’est déversée dans la rue, poussée à bout par le mépris, animée par la colère. Nous avions toustes peur de la répression. Plusieurs personnes de mon entourage ont été interpellées cette semaine, parfois en étant simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Quelques messages reçus le matin même de cette manifestation du 23 mars, demandaient « c’est normal d’avoir peur ? »

Après le mépris du dialogue social, le piétinement du parlement avec le 49.3, il y a eu ce tournant : la motion de censure. Le destin d’un pays dans les mains de députés d’une droite hors sol. Lesquels ont ignoré ce dernier appel de phares avant la sortie de route, avant que ne soit réduite à néant la confiance du peuple dans les institutions politiques. Cette faute fait de cette bataille pour les retraites un combat pour la notion même de démocratie. Partout où sont bafoués les droits, partout où s’acharne la répression, ce combat se répand comme une tache d’huile. On envoie des CRS pour réquisitionner des travailleur·euses et les forcer à reprendre le travail. On matraque des manifestant·es en fuite. On impose une loi envers et contre toustes. Et on peinturlure les écrans de la « violence » de feux de poubelles.

Une pensée émue pour les familles des vitrines.

Illustration de Gabrielle Desnoyers

Illustration de manifestation à Nantes, Gabrielle Desnoyers, 2023

 

Et puis le président a parlé. Dans les contradictions de son discours d’une arrogance et d’un mépris ahurissants, s’il y a eu beaucoup de phrases écœurantes, je ne retiendrais que celle-ci : « On passe trop par les lois en France », a dit notre chef d’état, avec un rictus qui m’a fait froid dans le dos.

Oui, c’est normal d’avoir peur. Peur notamment qu’il utilise le chaos des affrontements d’un peuple outragé et d’une police dépassée pour dégainer l’article 16 de la constitution, et s’arroger enfin le pouvoir absolu dont il semble rêver depuis toutes ces années. De « tu nous mets 64 ans on te re-mai 68 » on est passés, subitement, à « tu nous mets 49.3, on te met 1789 » ou encore « Louis XVI, on l’a décapité, Macron, on peut recommencer ». La tête d’Elisabeth Borne est passée au bout d’une pique. Changement non négligeable d’atmosphère. Goutte d’eau après goutte d’eau, on ne fait plus déborder le vase, on créé l’océan.

Alors, peu importe la peur, nous y sommes allé·es. Nous étions des millions. Je ne crois pas que les chiffres de la CGT eux-mêmes soient à la hauteur de la foule compacte que j’ai vu défiler deux heures avant que nous puissions, ma fanfare et moi, nous insérer enfin dans le cortège. La marée humaine a reflué en tous sens, et les rues adjacentes étaient pleines. Le ventre de Paris était un réseau dense de veines où pulsait le sang de la révolte. Mais outre le nombre, il y a eu quelque chose de profondément différent.

Je voudrais parler ici des visages. Il y a eu les visages familiers de mes collègues, croisés et perdus aussitôt dans la foule. Ceux tant aimés de mes camarades musiciens, la famille choisie avec qui le partage et la communion sont une évidence. Je leur rends ici hommage. Mais je voudrais aussi parler de quelques visages que je ne reverrai peut-être pas, camarades de fortune croisés dans le creux de la vague, et les remercier pour la force qu’iels m’ont donné. Il y a eu ces mots gentils, ces encouragements de deux travailleuses sociales. Il y a eu plusieurs danseur·euses, traversant le flux sonore de nos cuivres comme une aurore. Il y a eu de nombreux visages ravis qui sont tournés vers nos pavillons vibrants. Il y a eu des slogans repris par des centaines de personnes, et les regards fugaces de complicité. Il y a eu ces deux dames incroyablement talentueuses qui nous ont suivi en chantant, inventant des paroles contre la réforme en cheminant, avec un swing qui m’a coupé le souffle : j’ai dû arrêter de jouer pour les écouter. L’énergie de leur chant m’a chavirée. Les regards que nous avons échangés, sans nous connaître, sans nous présenter, étaient plus éloquents que je ne saurais l’exprimer. Une profonde solidarité nous a noué un instant dans la communion. L’instant d’après elles avaient disparu.

Il y a eu enfin ce groupe de circassiens, dont je ne sais pas le nom, avec qui nous avons échangé quelques rires et quelques réflexions sur les « arts mineurs ». Au milieu du cortège, ils ont fait une pyramide humaine, trois corps debout les uns sur les autres, et le plus haut, touchant le ciel chargé de fumigènes, a déplié ce message : « soulève-toi ». Le porteur, qui endossait deux camarades sur ses épaules, m’a adressé un sourire désarmant, malgré son visage concentré. J’en ai pleuré d’émotion. Les embrassades qui ont suivi pour les remercier ne nous ont pas laissé le temps de faire vraiment connaissance, avant que la foule ne nous sépare. C’est cela, la foule : des visages, des individus, des subjectivités qui prennent corps, un corps mouvant, imprévisible, constitué de milliers de vies qui refusent de se laisser fouler aux pieds.

Après que ce « bain de foule » nous ait emporté·es un peu plus loin, fatigué·es mais heureux·ses, nous avons encore regardé longtemps l’interminable cortège. J’ai pensé à ce que ces connivences produisaient, à ce que je ressentais. Plus qu’exprimer une colère commune, plus que réagir à un mépris communément ressenti, face aux privations, face à l’inflation, face au pouvoir aveugle et sourd, malgré la peur, il y avait cette irréductible énergie commune, cette volonté qui m’a électrisée de la tête aux pieds. Cette volonté que chacun·e donne et reçoit et qui fait de la foule un peuple : la liberté.

 

Margot

Le sourire radieux de mon amie Margot, fanfaronne de la Locomotive.

Je revois la ville en fête et en délireSuffoquant sous le soleil et sous la joieEt j’entends dans la musique les cris, les riresQui éclatent et rebondissent autour de moi
[…]
Emportés par la foule qui nous traîneNous entraîne, écrasés l’un contre l’autreNous ne formons qu’un seul corpsEt le flot sans effort nous pousse, enchaînés l’un et l’autreEt nous laisse tous deux épanouis, enivrés et heureux
[…]

Edith Piaf, la foule, extrait

Un morceau que j’adorerais que nous ajoutions à notre répertoire en souvenir de cette journée (wink wink @lalocomotive_fanfare)

Edit : J’ai finalement retrouvé les circassiens : il s’agit de la Compagnie Le Doux Supplice, qui joue un spectacle intitulé « en attendant le Grand soir ». Puissions nous ne pas l’attendre trop longtemps ! Immense cœur sur vous.

Merci à Gabrielle Desnoyers pour son illustration, et à Nig de Contre-Attaque pour la photo. L’air du temps !



Citer ce billet
Alouette (2023, 25 mars). Emportée par la foule. Les Jaseuses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qunh

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Guenin dit :

    Bravo pour ce texte, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search