Nancy Holt, porter sa voix pour deux

Cet article rédigé par Maya Derrien est publié suite au colloque inaugural des Jaseuses (ex-Parleuses) « Le poé(li)tique de la prise de parole des femmes », qui s’est tenu à Paris les 18 et 19 octobre 2019. Retrouvez le sommaire des actes ici.
***
Maya Derrien est conservatrice du patrimoine au musée de Picardie. Elle est responsable de la collection XXe-XXIe siècle et des sculptures contemporaines installées dans l’espace public. Formée à l’École du Louvre et à l’Institut National du Patrimoine, ses recherches se concentrent sur la relation entre les œuvres et l’espace extérieur, qu’il soit public ou naturel. Elle s’est notamment penchée sur la question de collection étendue à l’échelle d’un paysage dans l’ouvrage collectif de l’OCIM Le musée hors les murs, 2019.
***

Nancy Holt à Galisteo (Nouveau-Mexique), août 2006. © Photographie : Serge Paul.

Résumé : C’est souvent en tant que femme et veuve de Robert Smithson que le nom de Nancy Holt est connu, tant elle a fait pour la reconnaissance posthume de son mari, allant parfois même jusqu’à réaliser des œuvres qu’il avait laissés à l’état de projet. Lorsqu’elle est citée en son nom propre, seuls les Sun Tunnels sont mentionnés, laissant de côté les dix ans de carrière qui ont abouti à l’installation de ces tubes en béton, alignés avec les solstices d’été et d’hiver, en plein désert de l’Utah. Nancy Holt s’éveille à l’art grâce aux discussions enflammées qu’elle partage avec ses amis artistes comme Carl André et Eva Hesse. C’est dans ce cadre que sa parole surgit et se fait plus assurée. Elle réalise d’abord en privé des poèmes graphiques et des dessins. En 1971, elle franchit le pas et commence à installer des sculptures, les Locators, dans des espaces urbains puis naturels. Un événement tragique bouleverse sa vie et sa carrière en 1973 : Robert Smithson décède violemment dans un accident d’avion alors qu’il survolait son œuvre, Amarillo Ramp. Nancy Holt achève ce projet avant de se lancer dans la construction des Sun Tunnels. Durant les 30 ans de carrière qui ont suivi cet événement elle n’a eu de cesse de défendre l’héritage de son défunt mari, parfois au détriment de sa propre promotion. Cet article propose d’examiner les processus de collaboration, d’autonomisation et d’invisibilisation qui ont pu être à l’œuvre au sein ce couple d’artistes.

***

Nancy Holt est la seule femme qui a été retenue par l’histoire de l’art au panthéon du Land Art. Ses contemporaines Ágnes Dénes et Mary Miss n’ont pas eu la même postérité. Cela est peut-être lié au fait que Nancy Holt ait été la femme et la veuve de Robert Smithson, créateur de la Spiral Jetty et chef de file de ce mouvement. Cette situation l’a certainement autant aidée qu’elle l’a desservie pour que son statut d’artiste à part entière soit reconnu. Holt et Smithson sont tous deux nés en 1938 dans le New Jersey. Ils s’y rencontrent puis se marient 1963 et s’installent à New-York la même année. Nancy Holt, diplômée en Biologie, transmet à Robert Smithson ses connaissances scientifiques. Il lui permet, à son tour, de rencontrer les membres de la scène new-yorkaise des années 1960, comme Richard Serra et Donald Judd, avec qui ils passent l’essentiel de leurs soirées au Max’s Kansas City, le bar des artistes, ou dans leur loft de Greenwich Street. Leurs débats enflammés à propos de l’art ont constitué le socle de la formation artistique de Nancy Holt1.

La prise de parole, au sens premier du terme, ne semble donc pas avoir été problématique pour elle. Mais comment sa parole, son regard singulier, s’est-il concrétisé plastiquement ? Dans ce processus, la présence de Smithson à ses côtés a-t-elle limité, retardé ou favorisé son émergence en tant qu’artiste ? En me penchant sur la carrière de Nancy Holt, j’aimerais ici nuancer l’idée d’une artiste éclipsée par son mari. Dans ce couple, les deux artistes se sont construits l’un avec l’autre mais en suivant une temporalité différente. Au début des années 1970, Smithson était entré dans une phase où il produisait moins d’œuvres. Quand sa galeriste Virginia Dawn lui a demandé pourquoi, il aurait répondu : « C’est au tour de Nancy à présent2 ».

La mort tragique et prématurée de Smithson dans un accident d’avion marque un nouveau tournant dans la vie de Nancy Holt : devenue artiste, elle porte à présent la mémoire d’un disparu. Ce jour-là, Nancy Holt devait survoler avec lui l’œuvre Amarillo Ramp qu’il était en train de construire, mais elle a finalement décidé de se consacrer à l’un de ses projets, qui aboutira en 1976 à la réalisation des Sun Tunnels. Les circonstances de cet accident, auquel Nancy Holt a échappé, complexifient le regard que l’on peut porter sur leurs trajectoires biographiques et artistiques qui sont intrinsèquement mêlées. Elle qui était si attentive aux synchronicités de l’existence n’a pu manquer de voir, a posteriori, dans cet évènement funeste, la confirmation que sa voie artistique ne demandait qu’à s’exprimer.

Après la mort de Smithson, Holt a terminé l’œuvre que son mari était en train de construire puis s’est immédiatement lancée dans la concrétisation de son projet des Sun Tunnels. Tout au long de sa carrière elle a continué à diffuser l’héritage de son mari, parfois au détriment de sa propre visibilité. Quand et comment Nancy Holt a-t-elle pris la parole en tant qu’artiste ? Dans quelles mesures la mort de son mari a-t-elle infléchi la nature de son travail ? Comment a-t-elle concilié sa carrière d’artiste avec son rôle de passeuse ? Autrement dit, comment Nancy Holt a-t-elle fait entendre sa voix tout en portant celle de son défunt mari ? Afin d’apporter des pistes de réponses à ces interrogations j’exposerai tout d’abord les circonstances dans lesquelles Nancy Holt a émergé en tant qu’artiste pour m’intéresser ensuite aux stratégies qu’elle a mises – ou non – en place pour assurer la visibilité de ses œuvres et de celles de Smithson.

1. Formation et premières formulations

Dans les années 1960, Nancy Holt côtoie beaucoup d’artistes qui la poussent à montrer ses réalisations, mais elle préfère rester en retrait et construire patiemment son vocabulaire artistique. Elle collabore avec son mari au travers de deux films puis commence à prendre son indépendance par la sculpture au début des années 1970.

Construire sa pensée, choisir ses formes

Dans le microcosme des artistes new-yorkais de cette époque, il faut produire pour exister. Ce climat d’émulation constante a considérablement nourri les réflexions de Nancy Holt. Cependant, en ce début des années 1960, elle se consacre avant tout à la connaissance d’elle-même. En ne s’affichant pas comme artiste elle résiste à la pression3 qui provient du milieu artistique. Carl André, un ami artiste qui avait connaissance de ses premiers travaux inspirés par l’art conceptuel, l’encourage à les rendre public.

Ce refus de se dévoiler était une manière pour Nancy Holt de se préserver de la compétition, de la course à la célébrité, et d’élaborer patiemment son vocabulaire personnel nourri par l’astronomie, la philosophie de Gaston Bachelard et la poésie d’Emily Dickinson. Les rares exemples que nous avons de sa production privée montrent néanmoins qu’elle était extrêmement au fait des débats artistiques de son époque. Ainsi, Crosswords (1966) reprend la forme d’une œuvre de son amie Eva Hesse, Metronomic Irregularity I, qu’elle transforme pour en faire un jeu de mots croisés dont certaines des solutions proviennent du catalogue de l’exposition Eccentric Abstraction, exposition mythique organisée par une autre amie, Lucy Lippard, à qui Crosswords était destinée. Cette œuvre montre le sens de l’humour de Nancy Holt ainsi que l’esprit critique qu’elle a cultivé en demeurant volontairement dans une position d’observatrice.

Durant la période qui va de leur mariage, en 1963, au début des années 1970, Holt, Smithson et leurs amis partent régulièrement en excursions clandestines dans des carrières du New Jersey à la recherche de matériaux pour les œuvres de Smithson. Ils sillonnent également les déserts de la côte ouest et le Mexique. Nancy Holt organise ces voyages, conduit la voiture et documente les régions traversées par la photographie. Dès cette époque, dans ses clichés, elle capture systématiquement les motifs circulaires et les objets tubulaires de l’environnement. La forme matricielle de la lunette astronomique, qui redouble celle de l’objectif photographique et oriente le regard du spectateur vers un point précis, deviendra un motif récurrent dans ses réalisation sculpturales plus tardives.

À la fin des années 1960, le couple voyage beaucoup notamment car la carrière de Smithson commence à prendre de l’ampleur. À titre d’exemple, il participe en 1969 à la célèbre exposition d’Harald Szeemann When Attitudes Become Forms.

Collaborations, une voie vers l’autonomie

À cette même période, Nancy Holt quitte progressivement le rôle d’assistante et photographe de Smithson pour collaborer avec lui au travers de deux films. Le premier, East Coast / West Coast4, est tourné en 1969. Nancy Holt y incarne une artiste conceptuelle new-yorkaise et Smithson un artiste débarqué de la côte ouest des États-Unis, obsédé par les grands espaces. Dans ce jeu de rôles improvisé, ils caricaturent les positions de leurs amis artistes et se moquent d’eux-mêmes. Nancy Holt semble prendre le dessus de la conversation. Elle démonte complètement son interlocuteur qu’elle fait passer pour un profiteur, un vulgaire hippie dont le discours est complètement creux : « Qu’est-ce que tu veux dire par là, tu dois te définir plus précisément que ça, |…] tu ne peux pas te contenter de lancer des mots en l’air […] qu’est-ce que tu entends par « réel »5 ». Même si les artistes y incarnent des personnages, ce film saisit l’ambiance des discussions dans lesquelles Nancy Holt semble avoir été particulièrement à l’aise. Cela confirme les témoignages de ses amis6 parlant d’une femme très tenace dans les échanges, qui ne laissait aucun répit à ses interlocuteurs, le plus souvent masculins.

Dans le second film, Swamp7. (1971), tout aussi improvisé mais plus conceptuel, le couple se déplace tant bien que mal dans un marais du New Jersey. Ils ne sont présents qu’au travers de leur voix. Nancy Holt tient la caméra et ne voit rien d’autre que ce qui se trouve dans son cadre. Smithson la guide en lui donnant des ordres. Elle n’est pas satisfaite du résultat alors que lui semble vouloir seulement capturer des images. Ce court film met en scène l’échec des protagonistes à embrasser l’immensité du paysage. Peut-être met-il aussi en scène l’échec de la collaboration entre les deux artistes qui ne contrôlent chacun qu’une partie du processus de création, l’image pour l’une, le mouvement pour l’autre. Ce film signe en tout cas leur dernière œuvre commune. Dans des extraits de son journal8, que Nancy Holt n’a fait connaître que bien plus tard, elle témoigne à cette époque du besoin de se rapprocher de ses amies artistes femmes et d’autonomiser sa pratique artistique.

Robert Smithson l’a donc accompagnée dans ce devenir artiste en lui permettant d’exercer son répondant et de se définir contre et avec lui. Les collaborations qu’elle a menées avec son mari ont incité Nancy Holt à prendre possession du médium filmique et lui ont permis de toucher aux limites d’une œuvre partagée où chacun veut aller dans une direction différente. À l’instar de Swamp, où la vision est cantonnée à la taille de l’objectif, les sculptures qu’elle crée la même année reprennent cette forme circulaire qui limite et concentre la vision.

Les Locators ou l’affirmation du statut d’artiste

En 1971, Nancy Holt commence à produire les Locators et les installe dans le loft new-yorkais du couple. Chacune de ces sculptures est constituée d’un tube vertical en métal d’environ 90 cm sur lequel est fixé un tube horizontal ou oblique de petite taille qui permet à l’observateur de diriger son regard vers un point précis de l’environnement. L’un des premiers témoignages de cette série d’œuvres figure sur la photographie Locator (Studio Corner), qui est à la fois une mise en situation et une mise en scène dans l’atelier que Holt et Smithson partageaient. Dans l’angle de la pièce, à gauche, est accroché l’une des photographies que Nancy Holt a prises de l’œuvre de Smithson Broken Circle/Spiral Hill en 1971. À droite, on reconnait la photographie emblématique de Spiral Jetty par Gianfranco Giorgioni et, au sol, une des premières sculptures de Smithson de la série Slate Grind ainsi qu’une autre de Carl Andre, Five Steel Run. C’est entourée de ses pairs – son mari et son ami le plus proche – qu’elle place son œuvre au premier plan. Le Locator est ici métonymique du regard de l’artiste qui se nourrit de son environnement et choisit de regarder dans une direction qui lui est désormais propre. Cette photographie représente un jalon essentiel dans l’affirmation de Nancy Holt en tant qu’artiste.

Son émancipation artistique n’est véritablement atteinte que l’année suivante, en 1972. C’est à l’occasion d’une invitation en résidence à l’université du Montana à Missoula qu’elle a l’opportunité de déployer les Locators dans l’espace extérieur et de les montrer à un public plus largeDans une prairie entourée de montagnes, les Locators sont positionnés sur les points cardinaux, à la manière d’une boussole géante. Missoula Ranch Locators : Vision Encompassed est ainsi sa première œuvre en extérieur, site specific9. Il semble que l’éloignement de New York a non seulement offert l’opportunité à Nancy Holt d’investir un grand espace naturel mais aussi de lui faire bénéficier d’un horizon plus ouvert. Loin des pressions de la scène artistique, elle a pu émerger en tant qu’artiste.

Sur les photographies qui documentent l’installation de cette œuvre, Nancy Holt est assistée par des étudiants, dans une ambiance travailleuse mais bon enfant, où tous ont une bière à la main. Smithson participe à cette aventure, regardant avec intérêt et amusement sa femme en train de s’essayer à la mise en place concrète de ses sculptures. Il est un allié qui reste en retrait. À ce moment-là, les rôles s’inversent et c’est lui qui se met derrière la caméra pour capturer, grâce à la vidéo, les points de vue proposés par les Locators. Les sculptures que Nancy Holt avait créées dans son espace privé sont ainsi déployées à l’échelle du paysage. Il semble que ce soit au travers de l’investissement de l’espace extérieur que la persona artistique de Nancy Holt se soit concrétisée, prenant la parole au travers de la sculpture. Toutes ses réalisations ultérieures, et en particulier les Sun Tunnels, découlent de cette œuvre fondatrice.

2. Un basculement biographique

Alors que Nancy Holt commence tout juste sa carrière d’artiste, celle-ci va être bouleversée par un accident tragique. Au mois de juillet 1973, Nancy Holt accompagne Smithson dans la recherche d’un terrain disponible pour l’un de ses futurs projets. Il choisit un site à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la ville d’Amarillo, au Texas. Le propriétaire de ce terrain, Stan March, propose au couple de résider dans son ranch le temps de la réalisation de l’œuvre de Smithson, Amarillo Ramp. Alors que l’œuvre est quasiment achevée, Stan March s’aperçoit que Nancy Holt réfléchit également à un projet – l’embryon de ce qui deviendra plus tard les Sun Tunnels. Il lui propose de s’y atteler de façon concrète et de créer une maquette car il envisage d’installer l’œuvre à venir sur son gigantesque terrain. Le 20 juillet 1973, elle décide de se rendre dans la ville la plus proche pour se procurer le matériel nécessaire à la réalisation d’une maquette.

C’est pour cette raison qu’elle ne participe pas au vol de repérage qu’organise Smithson le même jour pour surveiller l’avancement des travaux d’Amarillo Ramp. C’est donc sans Nancy Holt que l’avion s’écrase, tuant sur le coup Robert Smithson, le pilote et le photographe qui l’accompagnait. L’aspect le plus déroutant de cet événement repose sur le choix de Holt : si elle a survécu, c’est parce qu’elle a choisi, ce jour-là, de se consacrer à son projet plutôt que de documenter le travail de Smithson comme elle en avait l’habitude. Deux semaines après cette tragédie, Nancy Holt a tout mis en place pour achever l’œuvre de Smithson selon les croquis et directives qu’il avait laissés, aidée par l’artiste Richard Serra et par le galeriste Tony Shafrazi qui était impliqué dans le projet.

En terminant l’œuvre elle s’est rendu compte qu’elle était capable de conduire un chantier de cette ampleur, de mobiliser des moyens et des énergies considérables pour mener un projet jusqu’à son terme. D’après moi, ce sont ces circonstances qui l’ont poussées à se lancer avec d’autant plus de force et de détermination dans la création des Sun Tunnels. La mort de Smithson a constitué un basculement à la fois biographique et professionnel.

3. Les paradoxes du rayonnement : promotion, perpétuation et auto-invisibilisation

Dès la mort de Robert Smithson, Nancy Holt mène plusieurs carrières de front : la sienne et celle de son mari avec lequel elle collabore au-delà de la mort en terminant certaines de ses œuvres. Dans cette partie, nous allons voir comment se sont articulés ces différents rôles et quelles en sont les conséquences aujourd’hui pour l’étude du travail de cette artiste.

Sun Tunnels, une œuvre mise en lumière

Les Sun Tunnels sont l’œuvre la plus connue de Nancy Holt, certainement car c’est la réalisation pour laquelle elle a le plus communiqué. Ils se situent dans le désert de l’Utah et sont constitués de quatre tubes en bétons placés en forme de X, alignés deux à deux sur la position du soleil aux solstices d’été et d’hiver. Sur chacun d’eux, sont percés des trous qui forment le dessin de constellations. Comme la plupart des œuvres du Land Art, les Sun Tunnels sont géographiquement très isolés et nécessitent d’exister sous la forme d’autres médiums – photographies, dessins, documents – pour être découverts par le public et les institutions.

Nancy Holt, Sun Tunnels, 1976, installation, Lucin, Utah, États-Unis. © Nancy Holt – Fair Use. En ligne.

Dans le film qu’elle a tourné durant la réalisation de son œuvre, Nancy Holt apparaît comme une femme menant seule un chantier titanesque, conduisant les hommes et les machines à installer ces gigantesques tubes en béton au beau milieu du désert. En 1977, elle a publié un article10 sur les Sun Tunnels dans Artforum, la revue qui a servi de chambre d’écho à tous les artistes et théoriciens de sa génération. Cela constitue un véritable aboutissement puisqu’elle peut alors à son tour expliquer dans un texte ses inspirations et sa démarche artistique. Certaines des images du film qu’elle tourne durant l’installation constituent des citations flagrantes des films que Smithson avait lui-même réalisé sur ses travaux, en particulier l’image et le bruit des tracteurs qu’il aimait comparer à des dinosaures. Spiral Jetty et Sun Tunnels sont deux œuvres qui se répondent : situées toutes deux dans l’Utah, au bord de lacs asséchés, elles ne sont qu’à 244 km l’un de l’autre, ce qui est peu pour ces régions.

Diffusion de l’héritage de Robert Smithson

L’œuvre pléthorique de Smithson, tant artistique que littéraire et théorique, ajouté à sa mort tragique font de lui une figure mythique et ce dès les années 1970. Nancy Holt a remarquablement œuvré pour assurer la défense et la diffusion de l’héritage de son mari. En 1979, elle s’improvise éditrice pour publier ses écrits et demande à Sol Lewitt, ami artiste du couple, de réaliser la maquette de l’ouvrage11. À partir de 1986, elle commence à verser aux Archives of American Art de Washington les archives de Robert Smithson qui contiennent sa correspondance, ses écrits, ses projets, ses photographies et sa bibliothèque. C’est grâce à cette générosité exceptionnelle que les chercheurs du monde entier ont pu écrire sur Smithson des centaines d’essais, catalogues, thèses, et articles. En 1999, afin d’assurer au mieux la conservation et la valorisation de l’œuvre, Nancy Holt choisi de confier gratuitement la gestion de la Spiral Jetty à la DIA Foundation.

Au-delà de son rôle de passeuse, Nancy Holt a noué avec son mari ce que je nomme une « collaboration posthume ». Outre le fait d’avoir terminé l’œuvre Amarillo Ramp, elle a fait exister concrètement une autre œuvre de 1970 qui n’existait qu’à l’état de croquis. Ce projet, très ambitieux, consistait à faire voguer autour de l’île de Manhattan une barge plantée d’arbres d’espèces indigènes. Floating Island To Travel Around Manhattan Island est un hommage au créateur de Central Park, Frederick Law Olmsted, auquel Smithson vouait un véritable culte. À l’occasion de la rétrospective que le Whitney Museum of American Art consacre à Smithson en 2005, Nancy Holt a pu relever ce défi titanesque grâce aux soutiens financiers qui ont afflué facilement à cette occasion.

Il y a dans ces deux collaborations posthumes une idée très forte : la mort n’arrête pas la création, le partage et l’amour. Il paraît important de souligner que, dans ces deux cas de collaboration posthume, elle n’a pas souhaité signer ni cosigner les œuvres. Avant de mourir, Nancy Holt a consacré ses dernières forces au montage des images qu’elle avait prises durant la construction d’Amarillo Ramp. Ultime étape d’un chemin de création partagé, ce film12 réunit et clôt en un point la carrière de ces deux artistes.

Auto-invisibilisation et conséquences pour la recherche

Pour défendre l’héritage de Smithson, Nancy Holt a su se rapprocher des institutions étasuniennes les plus importantes tandis que pour elle-même, au-delà des Sun Tunnels, elle n’a pas toujours réussi à faire connaître ses œuvres. Durant la seconde partie de sa carrière, Nancy Holt a orienté son travail vers la vidéo et continué à créer des œuvres site specific en extérieur. Elle a installé une vingtaine d’œuvres publiques sur le campus de plusieurs universités et dans des centres-villes. Elle a reçu durant cette période une dizaine de bourses, mais en vingt ans elle n’a bénéficié que de deux expositions personnelles dans des galeries qui ne représentaient même pas son travail.

Comment expliquer cela ? Les œuvres d’art public qu’elle réalise nécessitent qu’elle trouve un site accueillant le projet, qu’elle collecte des financements en plus de prendre en charge leur conception et leur mise en œuvre technique – autrement dit, beaucoup de tâches pour une seule personne. Le manque de mise en avant de son travail vient peut-être aussi du fait que, en parallèle de sa propre carrière, elle promeut le travail de Smithson. On peut se demander si la perpétuation de l’œuvre de son mari ne s’est pas faite au détriment de la promotion de son propre travail. Si elle a bien cherché à promouvoir ses œuvres, elle ne l’a pas nécessairement fait avec la même énergie que pour le travail de Smithson. Peut-être est-il plus facile de promouvoir le travail d’un autre artiste que le sien ? De plus, son caractère et sa volonté de se tenir en dehors du monde de l’art sont certainement responsables de cette auto-invisibilisation. N’étant pas accompagnée, elle n’a pas eu le recul nécessaire pour estimer la valeur de son travail au regard de la communauté artistique.

Nancy Holt n’a bénéficié d’aucune exposition personnelle dans une institution muséale avant la grande rétrospective que lui a consacrée Alena Williams en 2011. Cette universitaire a été la première à se pencher sur ses archives qui n’avaient jamais été montrées ni étudiées auparavant. Aujourd’hui ses archives sont en cours de numérisation mais ne sont toujours pas facilement accessibles aux chercheurs et aux chercheuses. Avant sa mort, n’ayant pas d’héritier direct, Nancy Holt a souhaité la création de la fondation Holt-Smithson. Ce n’est qu’en 2017 qu’une directrice a été nommée à la tête de cette institution. En 2018, la DIA Foundation a acquis Sun Tunnels – près de vingt ans après la Spiral Jetty – et a organisé à cette occasion une exposition monographique et un colloque international consacrés à Nancy Holt. Les recherches sur cette artiste n’en sont ainsi qu’à leurs débuts.

Conclusion :

Ainsi, il semble important d’insister sur un fait : ce n’est pas Robert Smithson qui, de son vivant, a éclipsé le travail de sa femme. Au contraire, je pense même qu’il l’a aidée à s’affirmer. C’est bien davantage la promotion posthume de l’œuvre de Smithson, dans laquelle Nancy Holt a volontairement investi beaucoup d’énergie, qui a pu porter préjudice à la reconnaissance de son propre travail, pour toutes les raisons que nous avons évoquées et à cause de l’invisibilisation que subissent les femmes artistes. Enfin, j’aimerais terminer sur cette question : quelle pertinence y-a-t-il à convoquer Nancy Holt dans le cadre des études féministes, ou à la désigner comme artiste féministe ? Elle ne s’est jamais prononcée clairement sur cette question alors qu’elle était entourée d’amies artistes, théoriciennes et militantes comme Joan Jonas et Lucy Lippard.

Est-ce aller au-delà de sa volonté que de vouloir la désigner en ces termes ? Il n’y a qu’une seule œuvre qui mentionne le terme « féministe » : Making Waves. Cette œuvre date 1972, c’est-à-dire au moment où Nancy Holt commence à s’exprimer par la sculpture. La composition reprend la forme d’un graphique que l’artiste transforme pour en faire un baromètre de ses états au cours d’une journée, de ses différentes identités de femme, à la fois mystique, artiste et féministe. Sans lui apposer nécessairement une étiquette je pense que les réalisations de Nancy Holt – les dizaines de d’œuvres monumentales, d’art public qui mettent en jeu l’astronomie et la géologie – sont en soi des prises de parole, des prises de positions poétiques et politiques et donc, des actes féministes.

Filmographie

Œuvres

HOLT, Nancy et SMITHSON, Robert, East Coast, West Coast, 1969, vidéo, noir et blanc, sonore, 22 min. [http://www.ubu.com/film/smithson_east.html consulté le 02/12/2019]

HOLT, Nancy et SMITHSON, Robert, Swamp, 1971, film 16 mm transféré sur vidéo, couleur, sonore, 6 min. [http://ubu.com/film/smithson_swamp.html consulté le 02/12/2019]

HOLT, Nancy, Sun Tunnels, 1978, film 16 mm transféré sur vidéo, couleur, sonore, 26 min.

HOLT, Nancy, The Making of Amarillo Ramp, 1973-2013, film 16 mm transféré sur vidéo, couleur, sonore, 31 min.

Documentaires

CORNAND, Brigitte Cornand, Mother Earth, L’esprit du Land Art, Films du Siamois, 2005, 52 min.

Bibliographie

Essais

KWON, Miwon, One Place after Another: Site-Specific Art and Locational Identity, Cambridge, MIT Press, 2002.

POINSOT, Jean-Marc, Quand l’œuvre a lieuL’art exposé et ses récits autorisés, Dijon, Presses du Réel,1999.

Catalogues d’exposition

TUFNELL, Ben (dir.), Nancy Holt:Locators [cat. exp.], Londres, Parafin, 2015.

WILLIAMS, Alena (dir.), Nancy Holt Sightlines [cat. exp.], Oakland, University of California Press, 2011.

Périodiques

DAWN, Virginia « Nancy Holt 1938-2014 », Artforum, volume 52, n°9, mai 2014.

HOLT, Nancy, « Sun Tunnels », Artforum, volume 15, n°8, avril 1977.

Pour citer cet article : Maya Derrien, "Nancy Holt, porter sa voix pour deux," in Les Jaseuses, 16/07/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1078.

***

À lire aussi dans les actes du colloque « Le poé(li)tique de la prise de parole des femmes » : Carole Cotaya, « Photographier l’imaginaire ? La photographie dans les récits de soi écrits par des femmes ».

Notes :

  1. Brigitte Cornand, Mother Earth, L’esprit du Land Art, Films du Siamois, 2005, 52 min. []
  2. Virginia Dawn « Nancy Holt 1938-2014 », Artforum, volume 52, n°9, mai 2014, p.69. []
  3. James Meyer, « Interview with Nancy Holt » dans Alena Williams (dir.), Nancy Holt Sightlines, [cat. exp.], Oakland, University of California Press, 2011, p.221. []
  4. East Coast, West Coast, 1969, vidéo, noir et blanc, sonore, 22 min. [http://www.ubu.com/film/smithson_east.html consulté le 02/12/2019]. []
  5. Extraits des dialogues originaux traduits librement par l’autrice. []
  6. Virginia Dawn, « Nancy Holt (1938-2014) », Artforum, volume 52, n°9, mai 2014, p.69. []
  7. Robert Smithson et Nancy Holt, Swamp, 1971, film 16 mm transféré sur vidéo, couleur, sonore, 6 min. [http://www.ubu.com/film/smithson_swamp.html consulté le 02/12/2019] []
  8. Extrait du journal de Nancy Holt, 26 Juillet 1971 « Today I feel I need my women friends. I need a feminine life appart from Bob, a life in which I am not adored, but just function as an individual. » Cité par Douglas Dreishpoon, « The World Through a Circle » dans Ben Tufnell (dir.), Nancy Holt:Locators [cat. exp.],Londres, Parafin, 2015, p. 9. []
  9. Une œuvre site specificest créée spécifiquement pour un lieu donné, en prenant en compte dans sa réalisation les données topographiques, climatiques et parfois humaines du lieu et afin de créer une relation à cet environnement. Cette expression est apparue aux États-Unis dans le sillage des pratiques Post-Minimalistes, du Land Art et de l’Art public. En français, l’équivalent pourrait être le terme d’in situ bien que les pratiques artistiques qui relèvent de ces deux appellations ne soient pas superposables. Pour une étude approfondie de ces termes, voir Miwon Kwon, One Place after Another: Site-Specific Art and Locational Identity, Cambridge, MIT Press, 2002 et Jean-Marc Poinsot, Quand l’œuvre a lieu – L’art exposé et ses récits autorisés, Dijon, Presses du Réel,1999. []
  10. Nancy Holt, « Sun Tunnels », Artforum, volume 15, n°8, avril 1977, p. 32-37. []
  11. Nancy Holt, Robert Smithson: The Collected Writings, New York, New York University Press,1979. []
  12. Nancy Holt, The Making of Amarillo Ramp, 1973-2013, film 16 mm transféré sur vidéo, couleur, sonore, 31 min. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.