Séverine et Marguerite Durand, la naissance d’un journal expérimental : La Fronde

Affiche pour La Fronde ; Clémentine Hélène-Dufau ; 1898 – source Gallica BnF

« Une femme honnête ne sort pas seule, surtout le soir, et l’on a vu la police des mœurs en rafler abusivement et les ficher automatiquement sur les registres des prostitutions. »1

Cette remarque d’Elizabeth Coquart illustre la complexité de la place des femmes au sein de la société française au tournant du XXe siècle. Les femmes adultes n’étaient alors pas mieux considérées que des adolescentes, la tutelle passant simplement du père à l’époux. Ainsi, la parole des femmes n’intéresse guère. En effet, elles doivent procréer, et non argumenter. Séverine, dans son article « Le droit à l’avortement » publié en 1890 dans le Gil Blas, dénonce la criminalité de l’État qui incite à « la repopulation » mais qui pour autant ne donne aucun crédit aux femmes victimes de son indifférence. En tant que femmes, elles n’ont pas le droit de s’exprimer sur les décisions prises par les politiciens, que ce soit pour leur patrie, leur propre sort, ou pour leurs enfants. Séverine, d’abord qualifiée de « féministe timide » par Barnard Lecache, n’a de cesse d’intensifier sa prise de position à partir de sa rencontre avec Jules Vallès en 1880 à Bruxelles. Plus tard, en 1914, elle conduit les suffragistes2 et s’exprime sur le droit de vote des femmes. Marguerite Durand devient journaliste à La Presse (créé par son époux George Laguerre en 1888) et au Figaro (en 1895) après un passage au conservatoire et une carrière au théâtre. Elle est non seulement à l’origine de La Fronde, dont le premier numéro paraît le 9 décembre 1897, mais aussi du journal L’Action en 1905 ou encore du journal nommé Les Nouvelles, paru en 1909.

Si nous prenons la définition du terme « frondeuse » nous pouvons comprendre l’orientation de ce journal et de ses journalistes ainsi qualifiées. Un frondeur ou une frondeuse est une personne qui « a un comportement d’opposition »3, c’est aussi celui ou celle qui « critique le pouvoir (politique en particulier), les institutions et les préjugés, les modes. »4

Marguerite Durand, née le 24 janvier 1864, est la cadette de Caroline Rémy, dite Séverine, de tout juste neuf années (elle est née le 27 avril 1855). Séverine prend la succession de Jules Vallès au Cri du Peuple en 1885, puis rencontre la fondatrice de La Fronde. Une profonde amitié unira les deux principales protagonistes de notre étude, comme en témoigne leur correspondance5, mais aussi leur collaboration à une époque tourmentée à bien des égards, y compris politiques.

Nous pouvons nous demander comment, dans une époque qui semble si hostile à la liberté des femmes, dont la parole est opprimée, un tel journal a pu voir le jour. Les conditions exceptionnelles de sa mise en œuvre ainsi que ses objectifs peuvent être interrogés et nécessitent une attention particulière. Nous serons également amenés à le considérer comme une œuvre atypique, puisque entièrement réalisée par des femmes, et comme un lieu expérimental. Enfin, le contenu, les objectifs et sa réception sont essentiels à déterminer.

 

Marguerite Durand, sociétaire de la Comédie Française entre 1881 et 1888, cesse son activité de comédienne afin d’épouser George Laguerre6, dont elle divorce en 1895, soit un an avant une rencontre déterminante dans sa carrière et surtout décisive pour la création de La Fronde. En effet, à cette même époque, une femme « convertie à la cause des droits des femmes lors des congrès internationaux de 18897 » à Paris (111 congrès8 en tout sont comptabilisés cette même année, dont deux congrès féministes majeurs9, devient, selon Dominique Segalen, « une fervente activiste » : Maria Pognon, née Maria Rengnet, suffragiste, pacifiste, libre-penseuse et franc-maçonne. En 1892, « elle succède à Léon Richer comme présidente de facto de la Ligue Française pour le Droit des Femmes (LFDF), fonction à laquelle elle est élue deux ans plus tard et qu’elle assume jusqu’en 1903. »10 Par ailleurs :

[…] elle préside le congrès féministe de Paris en 1892, organise le suivant (1896) puis,avec Marguerite Durand, celui du droit des femmes (1900), devenant l’année suivante l’une des six fondatrices du Conseil National des Femmes Françaises (CNFF).11

Elle est à l’origine de l’idée de Marguerite Durand, autrement dit, de la création de La Fronde, journal auquel elle collabore entre fin 1897 et début 1900, et où elle publie environ soixante-dix articles.

Cette époque charnière voit se multiplier les organisations de lutte pour les droits des femmes à travers le monde, elles concernent souvent l’acquisition du droit de vote. En France aussi, des personnalités comme Hubertine Auclert, pionnière des suffragettes françaises, ou encore Maria Pognon, agissent. Lorsque Marguerite Durand participe au congrès féministe dirigé par cette dernière, tenu du 8 au 12 avril 1896, l’ex-comédienne reconvertie dans le journalisme décide de fonder La Fronde, et donc de s’investir dans la lutte féminine12.

La France, à cette même époque, vit un scandale inédit autour de l’affaire Dreyfus. Séverine, dans un premier temps convaincue, comme la majorité de la population française, de la culpabilité de Dreyfus, change d’avis lors du procès d’Esterhazy, mais aussi lors de la parution de la lettre de Zola dans l’Aurore : « J’Accuse ». Séverine rejoint alors les dreyfusards. C’est une période critique pour elle qui vit de ses papiers. En effet, elle perd peu à peu ses contrats et, par la même occasion, la possibilité de partager ses opinions et d’effectuer son métier de journaliste.

Marguerite Durand arrive alors avec une proposition que Séverine ne saurait refuser. Elles ont besoin l’une de l’autre, et vont monter le journal ensemble. La correspondance retrouvée de Séverine est intéressante pour comprendre le positionnement et la conception du métier qu’elle partage avec la fondatrice de La Fronde. Celle qu’elle nomme affectueusement dans ses lettres « petite fille à moi »13, « petite fée »14, ou encore « petite fleur »15, exagérant ainsi l’écart d’âge minime qui sépare les deux femmes, n’en est pas moins une partenaire de travail Séverine annonce ainsi ses conditions dans une lettre du 8 octobre 1897 :

Suivant le désir que vous m’exprimez, je vais vous stipuler les conditions de mon entrée à La ligue.

Actuellement, un article de cent cinquante lignes m’est payé trois cents francs. Le tiers de copie représenterait donc le tiers du prix, si, en raison de la quotidienneté du travail, des rapports d’amitié qui nous unissent, et du grand intérêt féminin de l’œuvre que vous entreprenez, je vous ferai, de moi-même, et pour éviter toute discussion sur ce point, sacrifice de moitié. C’est donc quinze cent francs par mois que je demande mais je ne puis accepter moins.

Je désire que toute ma liberté soit assurée par traité, soit quant au sujet de mes articles, soit quant à l’indépendance de mes opinions. En cas de différent à ce sujet, mon article pourrait être supprimé mais jamais modifié par qui que ce soit. […]

Enfin je désire un contrat de cinq années. […]

Telles sont mes conditions, ma chère Marguerite, et je les crois raisonnables étant donné l’apport de mon nom, de mon expérience, et de mon bon vouloir. […]

Séverine envoie à Marguerite Durand un projet de contrat dès le 25 novembre de cette même année et obtient au final un contrat de trois ans, la liberté du choix de ses articles, et la somme de 1200 francs par mois. Comme à son habitude, Séverine prône un journalisme de terrain qui se base sur la vérification des faits, héritage de sa formation auprès de Vallès.

L’affaire Dreyfus, n’étant pas anodine dans la collaboration des deux femmes, constitue une preuve de l’importance que prend le journal à cette époque tourmentée.

Six femmes sont ainsi présentes à la révision de son procès à Rennes, qui a lieu du 7 au 9 septembre 1899 :

« Bradamante pour Les Droits de l’Homme », la princesse Ratazzi pour la Revue Internationale, Mme Caillot qui n’écrit rien mais qui depuis la mort de son mari dirige l’Avenir de Rennes, le seul journal dreyfusard de cette ville, et celles qu’on appelle les Frondeuses : Séverine, Marguerite Durand et Jeanne Brémontier.

Les trois frondeuses ont une tâche précise. Marguerite Durand, présente en tant que directrice, publie des éditoriaux, Jeanne Brémontier, est titulaire de la rubrique Justice, Séverine publie ses impressions dans ses Notes d’une Frondeuse.

 

Trois noms féminins fondent donc les piliers sur lesquels repose ce journal 100 % féminin : Marguerite Durand, Maria Pognon, et Séverine.

L’idée de Marguerite Durand est la suivante : elle décide de réaliser un journal entièrement élaboré par des femmes, de la journaliste à la typographe. Elizabeth Coquart donne une définition de la « femme honnête » bien complexe à respecter dans le cas des frondeuses. En effet, ses collaboratrices n’étant pas supposées sortir seules, « surtout le soir », leur tâche est d’autant plus difficile à accomplir, ne serait-ce que pour les typographes travaillant la nuit.

La directrice de La Fronde, première femme admise comme membre du Syndicat des directeurs de journaux, à l’Association des journalistes parlementaires et à celles des journalistes républicains, s’est intéressée plus particulièrement à la question du travail féminin et aux lois concernant leur protection.

L’indépendance des femmes et de leur intellect est donc l’un de ses projets centraux. La Fronde se différencie donc du point de vue de sa conception. Journal atypique, lieu à part, il fait également office de salon mondain :

Au 14 de la rue Saint-Georges, sur la pente sage de Montmartre, rutile sur cinq étages un hôtel particulier aménagé pour elle et qui fut naguère habité par l’actrice Lange, favorite de Barras. Au sommet, la salle de composition. Murs décorés de vert et de blanc, salon d’habillement ( les « garçonnes de bureau » portent des costumes verts), buffet à liquides et gâteaux, salle de réception avec des ouvrages de référence, des spécimens de livres, des photos de peintures et de sculptures ayant pour auteur des femmes. Un large hall pour réunions, conférences et soirées musicales ; plus tard, en mars 1898, une salle d’escrime.16

C’est un lieu qui ne ressemble à nul autre. En effet, les locaux du journal ne sont pas fermés. Marguerite Durand ne souhaite pas marginaliser son journal et si l’équipe de celle-ci est composée principalement de femmes, c’est dans un but particulier : les hommes sont écartés de la rédaction afin qu’il soit impossible de dire que les femmes se contentent de signer les articles.

Par ailleurs, il ne faut pas omettre cette caractéristique clef du journal : il est de « tendance féministe » et promeut des revendications telles que « l’égalité des droits, le développement sans entrave des facultés de la femme, la responsabilité consciente de ses actes, une place de la créature libre de la société »17. Marguerite Durand donne sa propre définition de son journal :

Un journal mais pas une revue féministe. Un vrai quotidien, avec toutes les rubriques politiques, culturelles, internationales. Un quotidien de tendance féministe comme tel journal à gauche et tel autre à droite.18

De plus, elle souhaite être prise au sérieux dans son entreprise et s’entoure donc de collaboratrices de qualité. Outre Maria Pognon et Séverine déjà citées, les femmes qui participent à La Fronde sont d’âges, de milieux, et de tempéraments très différents. Parmi elles, nous retiendrons :

Jeanne Misme, Jeanne Perrot qui signe « Harlor » ses critiques artistiques ; Maria Vérone, ex-institutrice rayée des listes pour des idées subversives, aux affaires municipales ; Clotilde Dissard, sociologue ; Marcelle Tinayre, très jeune romancière ; Jeanne Loisean, spécialiste des feuilletons en pied de page. […] Clémence Royer, physicienne, anthropologue, naturaliste, traductrice de Darwin ; […] Pauline Kergomard19, à l’origine des écoles maternelles et de la puériculture ; les communardes Marie Bonnevial et Mme Vincent.20

Clémence Royer était également philosophe, économiste, et réputée comme pacifiste. Maria Bonnevial, en plus d’être une ancienne communarde, était socialiste, libre penseuse et féministe. Pauline Kergomard a fait carrière dans l’enseignement, elle est nommée inspectrice générale des écoles maternelles en 1879 par Jules Ferry.

Plusieurs femmes de lettres participent, parmi lesquelles nous comptons Séverine, mais aussi Jane Marni, ou encore Daniel Lesueur21 (pseudonyme masculin de Jeanne Loiseau), poétesse, romancière et auteure dramatique. Le journal bénéficie également de la plume scientifique de Clémence Royer, ou bien encore de Mme Klumpke, première femme admise à l’observatoire de Paris. Enfin, des grands noms du féminisme sont comptés parmi les rédactrices. Outre Hubertine Auclert et Maria Pognon, nous pourrions citer par exemple Clotilde Dissard ou encore Avril de Sainte Croix, nouvelliste qui s’est attribué la mission de lutter pour le sort des femmes malheureuses.

Celles que l’on nomme « les reportresses », ou encore les « frondeuses » – les dénominatifs sont bien nombreux – sont donc des femmes engagées et spécialisées dans des domaines très différents. Néanmoins la condition pour adhérer au journal de Marguerite Durand est claire : il faut réaliser un journalisme de terrain, et l’exercer tel un homme.

Beaucoup des collaboratrices de La Fronde ne furent qu’occasionnelles. En 1902, La Fronde devient la propriété de ses rédactrices réunies en coopérative et Marguerite Durand en est la présidente22. Les problèmes financiers se font ressentir dès le 1er octobre 1903 et La Fronde devient mensuel jusqu’en 1905. Quelques numéros paraissent en 1914, puis le journal reparaît sous une autre forme de 1926 à 1928. Les sujets abordés sont sans limite.

Selon Marie-Eve Thérenty, au XIXe siècle, les sujets attribués aux journalistes étaient divisés selon le genre. Les sujets sérieux sont consacrés aux hommes, et les autres réservés aux femmes. C’est ce qu’elle nomme la « bipolarisation appliquée au journalisme »23. Séverine, Marguerite Durand et ses collaboratrices renversent cette tendance, et décident d’aborder tous les sujets, sans exception, en tant que femmes.

Elle souhaite être à la tête d’un journal qui n’aura rien à envier à ceux tenus par des hommes. La Fronde est un vrai quotidien d’actualité. Il communique donc sur les conditions de travail des ouvrières et des employées, sur les grèves dans les usines et met en avant la figure de la mère isolée et « des orphelins dans certains ouvroirs catholiques »24. D’un point de vue politique, le journal est de tendance républicaine, socialiste et laïque.

La Fronde traite aussi bien de la politique, extérieur notamment, que de la Bourse, ou encore des arts et des lettres. Il contient également des feuilletons. Quelques-uns ont un contenu idéologique, la plupart sont des œuvres de fiction. Il publie des romans d’intrigues de mœurs, de caractères ou à thèse. Il fait paraître des comptes rendus de théâtre mais, chose qui pourrait paraître surprenante, il ne dénonce pas la misogynie des vaudevilles. Il dénonce les conditions ouvrières et propose une chronique féministe consacrée à l’activité des organisations comme La Ligue Française pour les droits des femmes25. Le journal ne contient ni dessin, ni photo mais a la particularité d’introduire le courrier des lectrices. Par ailleurs, La Tribune changeait tous les trois jours, abordait des études historiques ou sociales et traitait aussi du féminisme dans tous les pays d’Europe, d’Amérique et d’Extrême Orient, et de son évolution depuis l’Antiquité. Ainsi, les journalistes abordaient tous les sujets, sans aucune restriction, avec une influence féministe.

Les réactions sont mitigées face à ce nouveau quotidien : il ne faut pas oublier qu’à la fin du XIXe siècle, la bienséance voulait que la place des femmes soit encore au sein du foyer. Imaginer une femme seule, souvent célibataire et se déplaçant sans chaperon, pouvait choquer. Par ailleurs, ce journal qui semble si sérieux peut effrayer les hommes, même si là n’est pas le but recherché. Les rédactrices de La Fronde ne souhaitent pas décréter la supériorité des femmes sur les hommes. Elles désirent que les femmes soient reconnues à leur juste valeur par les hommes et être traitées de manière plus juste. Elles souhaitent donc avoir davantage de droits et de reconnaissance, avoir des droits équivalents aux hommes, y compris d’un point de vue intellectuel. La rédactrice des critiques artistiques, Harlor, explicite la position du restant de la rédaction en ce qui concerne les hommes ainsi :

Si La Fronde déclare la guerre, ce n’est pas à l’antagonisme masculin, mais aux tyrans qui s’appellent abus, préjugés, codes caducs, lois arbitraires et non adéquates aux exigences nouvelles. Elle ne cherche pour la femme aucun triomphe sur l’homme.26

Marguerite Durand souhaite que son journal ne soit pas lu uniquement par les féministes, mais aussi par les hommes. Par ailleurs, les rédactrices de La Fronde ne s’associent pas aux « vierges » ou aux « pétroleuses », ne rejettent ni la maternité ni le foyer. Les femmes de La Fronde respectent encore cette institution qu’est le mariage et désirent préparer les jeunes filles dans ce but. Leurs revendications sont claires, elles réclament : « l’égalité des droits, le développement sans entrave des facultés de la femme, la responsabilité consciente de ses actes, une place de la créature libre de la société. »27 Elles demandent des droits égaux aux hommes, y compris dans le domaine du travail :

Les revendications défendues ouvertement étaient le salaire égal à travail égal, l’entrée dans la fonction publique semblable pour les deux sexes, le droit à la gestion de son propre patrimoine pour la femme, sans accès distinct à la Caisse d’Épargne pour y déposer le fruit de son travail.28

Nous pourrions nous arrêter sur la notion de « témoin-ambassadeur » pour terminer notre étude. Pour des reporters comme Séverine, le corps du reporter, ses yeux, son ressenti, ne lui appartiennent plus. Son corps est le prisme par lequel ses lecteurs ont accès aux informations. De ce fait, les journalistes doivent être au plus près de la « vérité », et donc, retranscrire l’information vue telle qu’ils l’ont ressentie, sans l’intellectualiser. Marguerite Durand souhaite mettre en œuvre un journal qui sera le « témoin-ambassadeur » des femmes. C’est-à-dire qu’il sera le porte-parole de toutes les femmes, sans exception. La lecture de la seconde affiche publiée pour annoncer la parution de La Fronde est très intéressante :

Les femmes forment en France la majorité de la population. Des milliers de femmes, célibataires ou veuves, y vivent sans le soutien de l’égal de l’homme. Les femmes paient des impôts qu’elles ne votent pas, contribuent par leur travail manuel ou intellectuel à la richesse nationale et prétendent avoir le droit de donner officiellement leur avis sur toutes les questions intéressant la société et l’humanité dont elles sont membres comme les hommes. La Fronde, journal féminin et féministe, sera l’écho fidèle de leurs approbations, de leurs critiques, de leurs justes revendications.29

Néanmoins, La Fronde n’aborde que très peu les problèmes attribués au « Deuxième sexe »30, tel que « le foyer », et aborde tous les sujets, son ambition étant de « donner à ses lectrices des clartés sur tout. » Ainsi La Fronde révolutionne et renverse le schéma habituel basé sur une différenciation sexuée et met ainsi à mal cette bipolarisation des sujets jusque lors appliquée et intériorisée dans le monde du journalisme. La volonté n’est pas de créer un magazine féminin quelconque, mais de permettre au sexe féminin d’exister pleinement et de s’exprimer. Il s’agit de créer un vrai journal, avec de vrais sujets, tout en attribuant une place particulière aux revendications féminines qui bousculent les idées d’une époque charnière dans l’histoire du droit des femmes. Il n’est pas non plus question de renier sa féminité et de rejeter tout en bloc, mais d’accorder une réelle place à la parole de la femme, à ses droits. Hommes et femmes à égalité, d’un point de vue légal et professionnel, certaines revendications, telle que la reconnaissance du travail effectué fait encore écho à notre situation actuelle. Une source d’information non limitée, un lieu de prise de parole, destiné aux deux sexes, cherchant à les réunir, c’est ainsi que nous pourrions résumer La Fronde de Marguerite Durand.

 

Pour conclure, ce journal, né d’une rencontre déterminante avec une figure majeure du féminisme, Maria Pognon, est un format à part, que ce soit dans sa conception ou dans son contenu. Il réunit deux amies : Séverine et Marguerite Durand. La journaliste confirmée qu’est Séverine, en pleine affaire Dreyfus, se voit offrir l’opportunité de poursuivre ce qui la fait vivre et la passionne. Quant à Marguerite Durand, elle bénéficie de l’expérience de son amie et de son nom déjà reconnu dans le monde journalistique. Ce quotidien à tendance féministe, atypique et expérimental, lie des personnalités très différentes, unies dans un même but : offrir un lieu d’expression aux femmes et une visibilité, ainsi qu’un accès à l’ensemble des sujets, y compris les « sérieux ».

 

Cécile Torrubia-Besnard, Université Sorbonne Nouvelle Paris-3

Pour citer cet article : cecilebesnard, "Séverine et Marguerite Durand, la naissance d’un journal expérimental : La Fronde," in Les Jaseuses, 24/09/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1062.

 

Notes :

  1. Élizabeth Coquart, La Frondeuse, M. Durand, Paris, Payot, 2010. p. 120. []
  2. « Emmeline Pankhurst (1858- 1928) fonde en 1903 la très radicale Women’s Social and Political Union (l’Union sociale et politique des femmes) ». Dès lors, nous aurons d’une part les suffragistes, mouvement créé au milieu du XIXe siècle en Grande Bretagne, et d’autre part les suffragettes, nom donné par la presse à celles qui utilisent des actions plus « spectaculaires et violentes ». Voir Muriel Rouyer, « Mouvement suffragiste », dans Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-suffragiste/ []
  3. Selon le Larousse en ligne : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/frondeur/35397 Consulté le 10 octobre 2019. []
  4. Selon le dictionnaire du Centre National de Ressources Textuelles et lexicales : https://www.cnrtl.fr/definition/frondeur//1 []
  5. Leur correspondance est disponible à la bibliothèque Marguerite Durand. Elle est composée de dix-sept lettres non datées, trente-deux qui le sont, et d’une carte postale datée, soit cinquante documents en tout rédigés par Séverine et adressés à Marguerite Durand. []
  6. Fondateur de La Presse en 1888, journal auquel participe Marguerite Durand []
  7. Karen Offen, « Dominique SEGALEN, Maria Pognon, une frondeuse à la tribune et Dominique SEGALEN, Genèse et fondation de l’Ordre Maçonnique Mixte Internationale. Le Droit Humain », Clio. Femmes, Genre, Histoire [en ligne], 47 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 10 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/14697 []
  8. Anne Rasmussen, Les Congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris (1867-1900), dans Mil neuf cent, n°7, 1989. Les congrès lieux de l’échange intellectuel 1850-1914. p. 23-44. DOI : https://doi.org/10.3406/mcm.1989.976 []
  9. Voir Anick Druelle, « Analyse intersectionnelle de la solidarité des intérêts au World Congress of Representative Women (Chicago, 1893), Lien social et Politiques, n°58, automne 2007, p. 15-27. []
  10. K. Offen, art. cit. []
  11. Ibid. []
  12. Or, selon Laurence Klejman, entre 1896 et 1914, il y a pratiquement une réunion internationale féministe par an, et les sections nationales « tiennent chacune un congrès par an ». Laurence Klejman, Les Congrès féministes internationaux, dans Mil neuf cent, n°7, 1989, p. 71-86. DOI : https://doi.org/10.3406/mcm.1989.979 []
  13. Lettre autographe de Séverine à Marguerite Durand, datée du « Vendredi 6 mai 89 ». Disponible à la bibliothèque Marguerite Durand. []
  14. Lettre autographe de Séverine à Marguerite Durand, datée du « 7 décembre 1891 ». Disponible à la bibliothèque Marguerite Durand. []
  15. Lettre autographe de Séverine à Marguerite Durand, non datée. Disponible à la bibliothèque Marguerite Durand. []
  16. Jean Rabaud, Marguerite Durand (1864-1936) « La Fronde » féministe ou « le Temps » en jupons, L’Harmattan, 1996, p. 46. []
  17. Li Dzeh-Djen, La Presse féministe en France de 1869 à 1914, Université de Paris, 1934. p. 87. []
  18. Elizabeth Coquart, op. cit., p. 105-106. []
  19. Première femme admise au conseil supérieur de l’instruction publique, réputée pour son anarchisme. []
  20. Ibid., p. 118. []
  21. https://www.daniel-lesueur.com/fr/tag/jeanne-loiseau/ Article consulté le 14/04/2020 []
  22. Annie Dizier-Metz, La Bibliothèque Marguerite Durand, Histoire d’une femme, mémoire des femmes, Mairie de Paris – Agence Culturelle de Paris, 1992, p. 21. []
  23. Marie-Ève Thérenty, « LA chronique et LE reportage : du « genre » (gender) des genres journalistiques » dans Études Littéraires, Volume 40, n°3, Guillaume Pinson et Maxime Prevost (dir.), automne 2009, p.115-125. []
  24. Ibid., p. 120. []
  25. Nous pouvons par exemple nous référer à la Chronique Féministe du 13 décembre 1897. []
  26. Annie Dizier-Metz, op. cit., p. 9. []
  27. Li Dzeh-Djen, op. cit. p. 87. []
  28. Jean Rabaud, op. cit., p. 69. []
  29. Élizabeth Coquart, op. cit., p. 105-106. []
  30. Jean Rabaud, op. cit., p. 35-36. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search