“Elles disent qu’elles secoueront le monde comme la foudre et le tonnerre” : Les Guérillères dans l’imaginaire contemporain

Le 1er avril, dans le cadre de #Wittig2023, Quitterie de Beauregard, Manon Berthier et Caroline Dejoie organiseront une séance de séminaire consacrée aux postérités littéraires et artistiques des Guérillères de Monique Wittig (1969). Ce texte, qui a pu être lu, dans la sphère anglophone en particulier, comme une œuvre de science-fiction1, servira de point de départ à une réflexion sur les possibles ouverts dans les créations contemporaines – genres de l’imaginaire en particulier : science-fiction, fantasy, fantastique – lorsqu’il s’agit de penser, inventer, bricoler des futurs désirables. Les guérillères wittigiennes formulent de nombreux appels au renversement :

Elles disent qu’il faut tout recommencer. Elles disent qu’elles doivent rompre le dernier lien qui les rattache à une culture morte.

Elles disent qu’elles partent de zéro. Elles disent que c’est un monde nouveau qui commence.

Elles disent qu’elles cultivent le désordre sous toutes ses formes.

Elles disent qu’elles chantent avec une si parfaite fureur que le mouvement qui les porte est irréversible.

Plus de cinquante ans après la publication des Guérillères, le paysage de la fiction spéculative féministe reste résolument marqué par l’élan créatif de l’écrivain/e, et l’on continue de tisser des liens toujours plus étroits entre la création d’un nouveau système et la (re)création de l’identité et du soi. Cet appel à la réinvention trouve un écho renouvelé dans les débats qui se nouent au carrefour de la crise climatique, du capitalisme tardif et du backlash visant les droits acquis par les militant·es féministes et queer des dernières décennies. À quoi ressemblerait un monde bâti par les héritières des guérillères ?

Quelles réponses a pu trouver l’espoir placé par la philosophe Donna Haraway dans une “fiction cyborgienne qui cartographierait notre réalité corporelle et sociale, une ressource imaginaire qui permettrait d’envisager de nouveaux accouplements fertiles”, “des frontières transgressées, des puissantes fusions et des dangereuses éventualités”2 ? En articulant imaginaires de l’apocalypse (re/valorisée comme chute utile, nécessaire voire exaltante d’un monde) et imaginaires de l’utopie (pensée notamment sous le signe du désordre3), il s’agira par exemple de réfléchir à comment faire communauté pendant et après la crise, aux transformations, réagencements, métamorphoses, hybridités et ruptures, aux mondes multiples et jamais stabilisés.

On s’interrogera également sur les conditions d’émergence de ces fictions apocalyptiques et utopiques, féministes et queer : les guérillères affirment en effet la nécessité d’autres formes de récits et de nouvelles ressources imaginaires, et refusent une narration qui se limiterait à la “série d’actions éclatantes ou d’événements extraordinaires et funestes”4. Nous pourrons donc explorer le parallèle possible avec la théorie de la fiction-panier formulée par l’écrivaine de SF et fantasy Ursula K. Le Guin, forte du désir pour un récit non-patriarcal, “tout plein de commencements sans fins, d’initiations, de pertes, de métamorphoses, de traductions, de bien plus de ruses que de conflits, de bien moins de triomphes que de pièges et de désillusions ; tout plein de vaisseaux qui restent coincés, de missions qui échouent et de gens qui ne comprennent pas”5.

Organisatrices

  • Quitterie de Beauregard est doctorante en littérature britannique à Sorbonne Université (laboratoire VALE). Elle travaille sur l’inscription du genre dans les fictions spéculatives et apocalyptiques contemporaines anglophones.
  • Manon Berthier est doctorante en littérature générale et comparée à l’Université Paris-Est Créteil (laboratoire LIS, EUR FRAPP). Elle travaille sur les lectures féministes du genre littéraire de la fantasy.
  • Caroline Dejoie est artiste et chercheuse indépendante. Dans ses performances, ses textes et ses illustrations, elle s’intéresse à des figures féminines « monstrueuses » auxquelles elle s’identifie, comme la sorcière, la chimère, lae cyborg, et en propose des réappropriations (éco)féministes et queer.

Invitées

  • Sabrina Calvo est écrivaine, conceptrice de jeux vidéos, couturière et plasticienne. Elle a notamment publié Elliot du Néant (2012), Sous la colline (2015), Toxoplasma (2017) et Melmoth Furieux (2021).
  • Wendy Delorme est écrivaine, performeuse et enseignante-chercheuse, également membre du collectif d’autriX RER Q. Elle a notamment publié le recueil Insurrection ! En territoires sexuels (2009), La Mère, la Sainte et la Putain (2012), Viendra le temps du feu (2021) et Devenir lionne (2023).
  • ïan Larue est universitaire, écrivaine et artiste. Elle a notamment publié Fiction, féminisme et post-modernité : les voies subversives du roman contemporain à grand succès (2010), Dis Papa, c’était quoi le patriarcat ? (2013), Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe (2018) ; ainsi que le roman apocalyptique La Vestale du Calix (2012).

Programme

La séance se veut hybride et les interventions pourront se faire terrains d’expérimentation, croiser différentes approches – artistique, universitaire, militante – et mêler sciences (sociales) et fictions/fabulations, sur le modèle des “speculative fabulations” de Donna Haraway6.

Elle se tiendra le 1er avril 2023 à Paris, à la Mutinerie, entre 17h30 et 20h30.

  • Introduction à trois voix par Quitterie de Beauregard, Manon Berthier et Caroline Dejoie.
  • Communication de Quitterie de Beauregard (20mn) : “Genre et généalogie de l’apocalypse féministe anglophone”.
  • Communication de Manon Berthier (20mn) : “Utopies féministes et queer dans l’imaginaire français, des Guérillères à nos jours”.
  • Table ronde avec Sabrina Calvo, Wendy Delorme, ïan Larue (1h30, dont échanges avec le public).
  • Performance par Caroline Dejoie (15mn) : “Opabinia”.

Un événement Facebook a été créé ici.

  1. Sur cette question et les liens de proximité avec The Female Man de Joanna Russ (1975), voir la première thèse consacrée à Wittig en France : Catherine ÉCARNOT, L’Écriture poétique de Monique Wittig, thèse de littérature française, sous la direction de Nicole Mozet, Paris, Université Paris 7, 1999, p. 359, 361-62. []
  2. Donna J. HARAWAY, “Manifeste cyborg : science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle”, Le Manifeste Cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan (dir.), Paris, Exils, 2007, p. 31, 37. []
  3. Judith COHEN, Samy LAGRANGE et Aurore TURBIAU (dir.), Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie, Paris, Le Cavalier bleu, 2022. []
  4. “Elles disent que, pour faire un cycle, il faut une série d’actions éclatantes ou d’événements extraordinaires et funestes. Charlotte Bernard dit qu’elles ne sont pas concernées. Emmanuelle Chartre dit qu’il n’est plus de mise de s’émerveiller devant cette sorte de cycle. Marie Serge dit qu’aussi bien le cycle peut se référer à des mythologies et ne pas faire mention d’actes qui aient quelque semblant de réalité. Flaminie Pougens dit que pour qu’elles y soient tout à fait impliquées il faut les inventer.” []
  5. Ursula K. LE GUIN, “La théorie de la fiction-panier” [1986], Aurélien Gabriel Cohen (trad.), Terrestres, 14 octobre 2018 (en ligne : https://www.terrestres.org/2018/10/14/la-theorie-de-la-fiction-panier/). []
  6. Donna J. HARAWAY, “SF: Science Fiction, Speculative Fabulation, String Figures, So Far”, Ada: A Journal of Gender, New Media and Technology, n° 3 Feminist Science Fiction, novembre 2013 (en ligne : https://adanewmedia.org/2013/11/issue3-haraway/). []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Manon Berthier (7 mars 2023). “Elles disent qu’elles secoueront le monde comme la foudre et le tonnerre” : Les Guérillères dans l’imaginaire contemporain. Les Jaseuses. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qunf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search