Golem

Cécile Morvant-Delourme - tous droits réservés

Cécile Morvant-Delourme – tous droits réservés

 

Je le jure pourtant
je suis épuisée
de ce “je“
qui s’immisce partout

mais
pas ma faute

Je ne connais pas autre chose
Moi
la petite femme tordue

J’écris depuis l’autre côté de l’universel
Le vide béant des bouches fermées

Le langage des hommes nous concerne si peu
nous

nous parlons depuis l’humide et le sale
depuis le silence des mères
depuis l’envers des mots
nos langues coupées bégayent des bribes de son

Les miennes ne savent pas
se servir
de vos outils rouillés
Nous voulons faire un grand trou
dans votre parole
et y loger
minuscule
le Verbe de nous
la lame de nous
le hurlement l’hystérie la soif le désir la rage la grimace de nous
à vous
qui avez logé tant de choses dedans nous

La propreté de votre langage est nauséabonde
moribonde
C’est notre tour
nous les voix aiguës nasillardes trop douces trop fortes trop vite
trop
trop
A nous
de ridiculiser votre langage
par nos gesticulations stupides de femmes stupides
par nos bruissements incompréhensibles

Il faut vous taire
laissez-nous la fin du monde

car c’est la fin du monde on dit
et nous disons que la fin du monde sera en –trice

BOUH c’est laid
allez allez monsieur il faut rentrer chez vous maintenant

 

Pour citer cet article : Camille Islert, "Golem," in Les Jaseuses, 23/04/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1020.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.